Classes sans notes : "On voit les élèves s'accrocher et progresser"

Classes sans notes : "On voit les élèves s'accrocher et progresser"

REPORTAGE – Comment noter les élèves sans les classer et les décourager ? Alors que se tient jeudi et vendredi une grande conférence sur le sujet, metronews s'est rendu dans un collège de l'Oise qui expérimente un système de couleurs pour évaluer par compétences ses élèves de 6e.

"Trimestre passable. Participation orale encore discrète." En recevant dans quelques jours le premier bulletin scolaire de leur fils, les parents de cet élève de 6e ne trouveront pas de note en face de l'appréciation du prof d'anglais. A la place, du orange dans quatre cases ("écouter et comprendre", "savoirs"...) et même du vert à l'écrit. Depuis la rentrée au collège Marcellin Berthelot de Nogent-sur-Oise, plus aucun des 147 élèves de 6e ne se voit infliger de zéro pointé. Et ce sera la même chose dès l'an prochain pour tous ceux de 5e. Ici, on évalue les enfants selon des grilles de compétences détaillées, validées par un code couleurs : gris ("non acquis"), orange ("en cours d'acquisition"), bleu ("presque acquis") et vert ("acquis").

Le principal de ce collège d'éducation prioritaire explique que ses élèves en difficulté "vivaient trop souvent la note comme une punition". Là, Geoffrey Merlot ne promet pas de "miracle" mais voit déjà des résultats : "J'ai mis deux fois moins d'appréciations négatives pour manque de travail ou comportement lors des conseils de classe la semaine dernière". Julien Fouque, prof de lettres modernes, acquiesce. "Un 0 ou un 2 en orthographe, c'est très décourageant. Désormais, on voit des élèves dont on sait par expérience qu'ils auraient rapidement baissé les bras s'accrocher et progresser."

"La note a un faux air de scientificité"

Qu'ils choisissent couleurs, lettres ou smileys, des centaines d'établissements en France - un rapport de l'inspection générale en dénombrait 2000 dans le second degré en 2012 - pratiquent déjà des systèmes similaires, en s'appuyant sur des outils informatiques comme le répandu logiciel "sacoche", utilisé à Marcellin Berthelot. Aujourd'hui, ce type d'évaluation a plus que jamais le vent en poupe. Au début du mois, un rapport du Conseil supérieur des programmes a suggéré à Najat Vallaud-Belkacem de remplacer notre notation sur 20 par un barème de 4 à 6 niveaux, comme cela se fait souvent à l'étranger. La ministre de l'Education, qui recevra vendredi les propositions des experts de la conférence sur l'évaluation des élèves, ouverte jeudi à Paris, osera-t-elle franchir le pas ou se contentera-t-elle d'encourager les expérimentations ?

A Marcellin Berthelot, les enseignants ont mené une profonde réflexion pédagogique pour accompagner la fin des moyennes sur 20. Et les polémiques autour des notations "bienveillantes", accusées par certains de "casser le thermomètre" pour masquer la fièvre de l'échec scolaire ou de privilégier les mauvais élèves, sont déjà loin. "La note chiffrée a un faux air de scientificité, mais on sait qu'un 18 ne vaut pas la même chose d'un établissement à l'autre, souligne une autre professeure de français, Florence Castincaud. Là, nous sommes poussés à rédiger des appréciations très précises, donnant ainsi à tous une vision beaucoup plus claire des progrès à accomplir."

"Moi je préfère les notes"

Tout ne s'est pas fait si facilement néanmoins. Le dispositif, d'abord limité à une classe il y a 4 ans, a suscité des réticences chez certains enseignants, bousculés dans leurs pratiques. Mais aussi chez les parents et les enfants, auprès de qui il a fallu réaliser "un gros travail de communication". Toujours en cours. "Moi je préfère les notes, et ma mère aussi car elle avec les couleurs on ne sait pas exactement à quel niveau je suis", souffle timidement Massi, 11 ans. Son copain Timon n'est pas de cet avis : "En CM2, je n'étais pas content quand j'avais un 13/20. Maintenant quand j'ai du bleu, ça m'encourage à essayer d'avoir du vert !" "Un vert, pour moi, c'est dans les 18-20", précise-t-il aussitôt. Pas si facile, finalement, d'oublier totalement la traditionnelle notation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

EN DIRECT - Covid-19 : le variant Delta devrait représenter 90% des cas en Europe d'ici fin août

Comment la propagation du variant Delta pourrait affecter nos vacances

Alerte météo : le département de l'Eure toujours en vigilance orange pour risque de crues

"La région ne peut pas appartenir à ceux-là" : Bernard Tapie ne veut pas de Thierry Mariani en Paca

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.