Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

CORONAVIRUS - La station de Vallorcine abrite un groupe de jeunes Britanniques positifs au Covid-19. Des analyses sont en cours pour déterminer s’ils sont porteurs du variant anglais. En attendant, ils ont l'interdiction de mettre le nez dehors.

Afin de limiter la circulation du nouveau variant de Covid-19, les voyages entre l'Angleterre et la France sont limités depuis début janvier. Mais, un groupe d'étudiants anglais a décidé d'outrepasser cette interdiction en traversant la Manche en Eurostar. Une fois arrivés sur le territoire national, les amis ont pris plusieurs trains afin de rejoindre Lille puis Lyon. C'est en taxi qu'ils ont terminé leur parcours jusqu'à la station de ski à Vallorcine en Haute-Savoie.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Testés négatifs en quittant le sol anglais, ils ont cependant présentés des symptômes trois jours après leur arrivée en France. Quatorze d'entre eux, sur un total de vingt-six jeunes, ont ensuite reçu la confirmation qu'ils étaient positifs au Covid-19. 

Formation de moniteurs de ski en Suisse

Vallorcine ne devait être qu'une ville étape dans leur voyage. Ces derniers avaient pour objectif de se rendre à Verbier en Suisse afin de suivre une formation de moniteurs de ski pendant une dizaine de semaines. Mais avant de passer la frontière, à quelques kilomètres de là, ils comptaient effectuer une quarantaine obligatoire de sept jours au sein de l'Hexagone. 

Un évènement qui n'a pas été au goût des  400 habitants de la petite commune. "Ils ont le droit de venir ici, d'aller en Suisse, de skier. Alors que moi, mon bar est fermé et que tous les commerces (...) déposent le bilan", peste sur TF1 un patron de Vallorcine. "J'ai eu un gros doute sur la possibilité pour un si grand groupe d'entrer en France", poursuit Philippe  Bidault, un hôtelier du coin, qui n'a finalement pas hébergé le groupe d'étudiants. 

L'inquiétude est montée en puissance lorsque la population a appris qu'ils étaient potentiellement porteurs du variant anglais. Avec le risque de voir un cluster se former dans le département,  et sans l'espoir de retrouver les potentiels cas contacts. 

Lire aussi

Résultat des courses ? Ils ont l'interdiction de sortir de leur chambre d'hôtel depuis mardi dernier, et attendent le bilan de leurs analyses. Un laboratoire lyonnais sera en mesure de dire s'il s'agit du variant anglais en milieu de semaine prochaine. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter