Coeur artificiel : la société Carmat suspendrait les implantations

Coeur artificiel : la société Carmat suspendrait les implantations

Société
DirectLCI
SANTE - Carmat aurait décidé de ne plus implanter de nouveaux coeurs artificiels dans l'attente de comprendre ce qui a provoqué le décès du premier greffé. Le professeur Carpentier évoque d'ores et déjà "un court-circuit ayant provoqué un arrêt cardiaque".

MISE À JOUR >> Les essais cliniques continuent, les implantations aussi

Pas de nouvelles implantations de cœur artificiel. C'est ce qu'aurait décidé la société Carmat dans l'attente de comprendre ce qui a provoqué le décès du premier patient doté d'un cœur artificiel le 2 mars dernier, selon les informations d'iTélé . La prothèse autonome, développée par Carmat, reproduisait à l'identique le fonctionnement de l'organe. Elle avait ainsi permis le 18 décembre dernier à un homme souffrant d'insuffisance cardiaque terminale de continuer à vivre alors qu'il se trouvait dans un état critique. Mais 75 jours après, le patient s'était éteint.

Pour la première fois ce dimanche, le Professeur Alain Carpentier, concepteur du projet, a avancé un début d'explication. "Il y a eu un court-circuit. Cela a entraîné un arrêt cardiaque identique à celui que peut présenter un cœur naturel pathologique", déclare-t-il dans le JDD . "Nous cherchons à comprendre d'où vient ce problème électronique et pourquoi."

Le premier porteur s'appelait Claude Dany

Selon la chaîne de télé, Carmat qualifie "d'hypothèse" les explications du praticien. "C'est pour cela qu'on ne parle pas encore de suspension de l'essai" mais d'un arrêt des implantations, a indiqué une source à la chaîne. Au lendemain du décès du patient, la société avait annoncé maintenir son programme d'essais qui comprenait quatre patients "au pronostic vital engagé à brève échéance". Le programme d'essai "n'est pas du tout remis en cause puisque le concept général est validé", précisait alors le Pr Latrémouille qui avait participé à la prouesse scientifique.

L'identité, jusque-là tenue secrète du premier greffé âgé de 76 ans, a par ailleurs été révélée ce dimanche. Il s'agit de Claude Dany, qui repose aujourd'hui dans le cimetière de son village, en Normandie. "A mes yeux il n'a pas donné son corps, il a donné sa vie, a déclaré sa fille Isabelle au JDD. Malgré notre chagrin on n'en veut à personne. Il faut que la recherche continue".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter