Colère des forains : jusqu'à 460 km de bouchons, une cinquantaine de contraventions

DirectLCI
MANIF - Les forains ont mené ce mardi matin de nouvelles opérations escargot aux abords de Paris pour protester contre la suppression du marché de Noël des Champs-Élysées, et plus globalement contre la fin de certaines fêtes foraines. À la mi-journée, la situation était revenue à la normale, après un pic à 460 km de bouchons à 8h30.

Pour leur deuxième de jour de mobilisation, les forains ont mené ce mardi de nouvelles opérations de blocages sur les routes d'Île-de-France. Ils protestent notamment contre la suppression du marché de Noël sur les Champs-Élysées. Plusieurs axes importants ont été touchés toute la matinée aux abords de Paris


Un pic d'environ 460 km d'embouteillages a été observé ce mardi à 8h30, contre 330 km en moyenne. La veille, 479 km avait été constatés. Peu avant 13 heures, la situation était revenue à la normale sur les routes de l'Île-de-France.

Comme on peut le voir sur ce graphique de Sytadin, le cumul de bouchons était à un niveau exceptionnellement haut de 6h30 à 12h30, la courbe du jour étant située dans le rouge voire au delà. 

Dans un communiqué publié avant 13 heures, et alors que la situation revenait à la normale sur le réseau routier, la préfecture de police de Paris a publié un bilan des opérations menées contre les forains : 

- 4 contraventions pour plaques masquées

- 4 contraventions pour vitesses excessivement lentes

- 30 contraventions pour diverses infractions au code de la route (stationnement irrégulier…).


La préfecture explique aussi avoir interpellé un individu pour outrage et rébellion.

L'A13, l'A4, l'A104, l'A1, le boulevard périphérique et d'autres axes majeurs de l'agglomération parisienne ont été longuement touchés ce mardi. Près de 3 heures ont été nécessaires pour faire le trajet Mantes-Auteuil contre une trentaine de minutes normalement.

Selon le président de l’intersyndicale des forains, René Hayoun, "150 à 200 camions" ont participé aux opérations escargot, rapportent franceinfo et France Bleu Paris.


Lundi déjà, les forains avaient fortement perturbé la circulation en Ile-de-France en multipliant les opérations escargot. M. Hayoun a regretté qu'on ne parle que du conflit entre la maire de Paris Hidalgo et Marcel Campion, promoteur historique des fêtes foraines parisiennes. 


"C'est un problème au niveau national : l'État ne prend plus en compte les forains, c'est pour cela que nous demandons à rencontrer les autorités publiques", a-t-il jugé. "Différentes fêtes foraines sont supprimées ou touchées", a insisté M. Hayoun citant notamment à Paris la fête foraine de la Bastille et "Jours de fête" au Grand Palais. "C'est un génocide du monde forain au profit de LVMH, qui va ouvrir un gigantesque parc d'attractions dans le bois de Boulogne", a-t-il accusé.

Marcel Campion estimait également dimanche qu'on "[voulait] exclure les forains de Paris". Il y voit également un lien avec le "parc d'attractions que Bernard Arnault va ouvrir le 1er mai dans le bois de Boulogne, une fête foraine permanente sur 20 hectares", au jardin d'Acclimatation, près de la Fondation Louis Vuitton voisine, également propriété de LVMH.


Le grand parc de loisirs de l'ouest parisien, propriété de la Mairie de Paris et dont le groupe LVMH et la compagnie des Alpes sont concessionnaires, est en travaux jusqu'en mai 2018 pour devenir le deuxième parc de loisirs français, derrière Disneyland Paris.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter