Concours d'écriture autour du Petit Prince : Manon, étudiante strasbourgeoise, n'en revient toujours pas d'avoir séduit Thomas Pesquet

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

Thomas Pesquet dans l'espace

POÉSIE SPATIALE - Depuis l'espace, Thomas Pesquet avait lancé un grand concours d’écriture sur le thème du Petit Prince en janvier dernier. TF1 a pu rencontrer l'un de ses coups de cœur, une étudiante strasbourgeoise qui a aujourd’hui la tête dans les nuages.

Le Petit Prince. L’histoire de ce jeune garçon qui voyage de planète en planète est l’œuvre la plus traduite au monde. En janvier dernier, l’astronaute français Thomas Pesquet avait donc décidé de lancer un grand concours sur ce thème, avec l’idée de le revisiter.

Accompagné d’un jury, l’astronaute a rendu son verdict. Parmi les lauréats, une Strasbourgeoise étudiante en droit. Quelques heures après l’annonce, Manon Tendil a raconté aux caméras de TF1 la façon dont elle a appris la nouvelle, par téléphone :

Lire aussi

- C’est vous Manon Tendil de Strasbourg ?

- Oui c’est moi.

- Félicitations…

- Je me dis : ce n’est pas encore les exams, je n’ai encore rien passé, qu’est-ce qui se passe ?

- Alors là il me dit : Je vous envoie le lien de la vidéo et puis je vous rappelle après."

Récompense en vidéo

Thomas Pesquet a en effet choisi le texte de Manon Tendil comme deuxième coup de cœur - il a mis au total cinq Français et cinq étrangers à l'honneur -, une récompense qu'il a délivrée grâce à une petite vidéo : "Mon second coup de cœur dans la catégorie France a été Manon Tendil, résidant à Strasbourg."

Ebahie, la jeune fille n’en revient toujours pas. "Je me suis retrouvée devant le lien de la vidéo, entendant Thomas Pesquet depuis l’espace qui disait mon nom, qui disait le nom de mon texte, qui commençait à en parler. C’était assez impressionnant, hyper impressionnant."

Le Petit Prince et le larmoyeur

Depuis l’espace, l’astronaute a lu un bref extrait du texte de la jeune fille : "Quand les enfants apprennent à marcher, souvent ils tombent et alors ils pleurent. Pas parce qu’ils ont mal au corps, mais parce qu’ils ont peur." Une référence directe à l’histoire du larmoyeur, comme l’explique la jeune fille :

"C’est histoire du larmoyeur. Le Petit Prince arrive sur une nouvelle planète. Elle est pleine d’eau. Le larmoyeur lui explique que ce n’est pas de l’eau mais des larmes et que son métier est de récupérer tous les chagrins du monde".

En vidéo

Thomas Pesquet lance le premier concours d'écriture depuis l'espace

Une histoire mélancolique pour la jeune fille, mais pas triste. Manon Tendil est une passionnée d’espace et suit les aventures de Thomas Pesquet depuis ses débuts. Avec cette récompense, c’est comme si "ses mots étaient en train de traverser l’espace", quelque chose de "fou" pour la jeune fille.

Mais désormais, il va falloir redescendre sur terre. Les examens approchent. Et les révisions aussi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter