Confusion sur le PEL : où placer votre argent

Confusion sur le PEL : où placer votre argent

DirectLCI
BANQUE - Le ministre du Budget a démenti dimanche les annonces de réforme du Plan d'épargne logement faites par le JDD. Dans cette confusion, metronews fait le point sur les placements intéressants.

Le PEL ne bougera pas. C'est en tout cas ce qu'a assuré dimanche le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, démentant toute réforme du Plan d'épargne logement, alors que le Journal du dimanche annonçait notamment la suppression de la prime touchée lors de son déblocage. Dans cette jungle d'annonces et contre-annonces, metronews fait le point sur les produits disponibles. Avec une question : où placer son argent aujourd'hui ?

Les livrets défiscalisés 
Le Livret A, placement star des épargnants français, a pris du plomb dans l'aile en 2013 : son taux de rémunération a été abaissé d'1,75% à 1,25%. Un retour au plus bas historique qui a concerné aussi son cousin le Livret développement durable (LDD, plafonné à 12.000 euros contre 22.950 pour le Livret A). Mais ils restent les seuls produits d'épargne exemptés de l'impôt sur le revenu ainsi que des cotisations sociales. C'est une épargne à court terme, à rendement faible mais qui permet de garder son argent disponible, et sans prendre de risque.

L'assurance-vie 
Second produit préféré des épargnants, l'assurance-vie a été à l'automne dernier au coeur d'un micmac fiscal entretenu par le gouvernement. Finalement, la fiscalisation rétroactive à 15,5% n'a concerné que les contrats multi-supports, soit les plus risqués et les moins nombreux. Quoi qu'il en soit, tous les contrats d'assurance-vie ouverts aujourd'hui sont fiscalisés à ce taux. "Mais ils valent toujours le coup", a expliqué à metronews Philippe Crevel, secrétaire général du  Cercle des épargnants . Quant à choisir un contrat en euros ou multi-supports : "Depuis deux ans, la Bourse se porte plutôt bien, c'est donc le moment de se porter sur les multi-supports, plus rentables à long terme". Dans tous les cas, il faut comparer les frais de gestion proposés par les compagnies, et ne pas hésiter à les négocier.

L'épargne à objectif 
Qui dit projet immobilier dit Plan d'épargne logement (PEL). Avec la baisse des taux immobiliers, celui-ci était devenu moins intéressant. Mais maintenant que la rentabilité des livrets a également chuté, le PEL a repris un avantage concurrentiel : son taux de rémunération s'établit en effet à 2,2% net, soit un point au-dessus, pour un plafond de  61.200 euros. Conclusion de l'expert : "le PEL n'est pas à jeter !" Ceux qui pensent à leur retraite se tourneront quant à eux vers le plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO). Destiné à recevoir l'intéressement et la participation versés par l'entreprise, il n'est pas disponible dans toutes les sociétés. Quand il existe, "on le prend, c'est un bon support", encourage Philippe Crevel.

Les placements en actions

En période d'embellie boursière, c'est peut-être le moment d'oser se tourner vers les actions. A condition de ne sauter le pas que quand les étapes précédentes ont été franchies (Livret, puis assurance-vie et éventuels PEL et Perco) et qu'il reste une marge d'épargne qu'on aimerait faire fructifier plus vite. Il faut alors être conscient que le risque zéro n'existe pas. Et comprendre, enfin, où l'on met son argent, en se renseignant. Pour les débutants, le plan d'épargne en actions (PEA) est un bon moyen d'aborder la Bourse. Ses gains potentiels sont plus avantageux que tous les produits précédemment cités.

VIDEO - "Il n'est pas question de modifier le régime fiscal des PEL", a assuré dimanche Bernard Cazeneuve sur LCI :

Plus d'articles