Cornette, la vache qui ne voulait pas mourir, finira ses jours dans un pré

SOCIÉTÉ
REBELLION – La vache, qui avait refusé de se laisser abattre en juin dernier, était devenue un symbole. Rachetée à son propriétaire par une association de défense des droits des animaux, elle finira ses jours dans un pré du Val-d'Oise.

Cornette ne voulait pas mourir. Oh que non. L'abattoir qui lui était destiné ? Très peu pour elle. Aussi quand la vache y a été emmenée de force, le 30 juin dernier, elle ne s'est pas laissée faire. Elle s'est même farouchement rebellée, saccageant une partie de l'établissement du Puy-de-Dôme pour finir par se réfugier dans le parc des urgences de l’hôpital d'Ambert.

Surnommée "la vache qui ne voulait pas mourir", le sort de Cornette avait ému nombre d'internautes qui peuvent désormais souffler : l'animal ne terminera dans aucune assiette. Rachetée par Stéphane Lamart , président de l'association éponyme, ainsi que la chanteuse Stone, ex-duo de Stone et Charden, "sensibles à la détresse de cet animal", Cornette finira ses jours dans un pré du Val-d'Oise, dans une ferme pédagogique de Montmagny où elle est arrivée ce dimanche.

Cornette "démontre que les animaux ont une conscience"

"On a décidé de la racheter [2.000 euros, ndlr] pour lui sauver la vie et pour qu'elle vive heureuse, explique Stéphane Lamart interrogé par l'AFP. Cette vache est un symbole, elle démontre que les animaux ont bien des émotions, une conscience et ressentent le stress, l'odeur de la mort. On voulait vraiment lui donner une seconde vie".

La viande de l'animal ne pouvait de toute façon plus être commercialisé puisque la vache avait dû être maîtrisée à l'aide de tranquillisants, rendant sa viande impropre à la consommation. Outre couler des jours heureux dans un pré, elle pourra également y mettre bas en toute sérénité puisqu'elle attend un petit qui sera assuré, comme elle, de ne jamais finir dans une assiette.

A LIRE AUSSI >> A Barcelone, la mort d’un cheval dans les rues de la ville scandalise

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter