Les aéroports européens s'inquiètent d'un risque de "chaos généralisé cet été" lié aux contrôles anti-Covid

Des passagers faisant la queue à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 25 avril 2021.

ATTENTE INDÉTERMINÉE - Avec la reprise du trafic aérien, liée à la levée des restrictions en Europe, les aéroports européens ont mis en garde contre un potentiel chaos estival, résultant des contrôles sur les voyageurs. Sans mesures efficaces, ces derniers seraient dans l'obligation de patienter plus longtemps aux points de passage.

Vers "un été chaotique" dans les aéroports ? Avec l'assouplissement des restrictions de voyage au sein de l'Union européenne et au-delà, les aérogares européennes ont émis, lundi 31 mai, un avertissement sur un potentiel chaos estival. La branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI) a mis en garde contre le risque de voir les voyageurs passer des heures à faire la queue pendant l'été en raison des contrôles liés à la pandémie de Covid-19. Grâce à l'amélioration de la situation sanitaire, le trafic devrait presque tripler, passant de 47 millions de passagers ce mois-ci à 125 millions en août.

Gérer une telle augmentation du nombre de passagers constituera un "défi opérationnel sans précédent", a indiqué ACI Europe, même si cela restera nettement en deçà du niveau pré-pandémie. Le Conseil des aéroports européens a relevé plusieurs facteurs, justifiant son inquiétude. Outre le délai allongé de traitement des passagers, la mise en œuvre de la distanciation physique dans le processus aéroportuaire devrait impacter le taux d'absorption de la hausse des pics de trafic aérien. Cela devient "extrêmement difficile lorsque la capacité est réduite en raison de la distanciation physique et lorsque des processus opérationnels transparents ne sont plus possibles en raison de contrôles COVID-19 supplémentaires."

Toute l'info sur

Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Déconfinement, vaccination... suivez les dernières actualités sur le Covid

À cela s'ajoutent les contrôles "multiples et divers". Les passagers sont désormais soumis à des contrôles supplémentaires visant à vérifier les certificats de test, les formulaires de localisation et la documentation de quarantaine. "Ces contrôles sont généralement effectués par les autorités publiques, les compagnies aériennes et/ou les sociétés d'assistance en escale. Ils varient en fonction de leur point d'origine et de leur destination, sur la base de règles qui restent largement non alignées et instables à travers l'Europe", a rappelé ACI Europe. "En outre, ils sont transportés à plusieurs reprises au départ et à l'arrivée, la plupart du temps manuellement, ce qui entraîne des inefficacités et ralentit considérablement le temps de traitement des passagers. Par exemple, les contrôles des tests au départ sont actuellement dupliqués, voire triplés, dans 77% des aéroports européens."

Le niveau d'incertitude et de complexité est tout simplement époustouflant- Olivier Jankovec, directeur général d'ACI Europe

"Le niveau d'incertitude et de complexité dans la planification du redémarrage est tout simplement époustouflant pour le moment. Avec chaque jour qui passe, la perspective que les voyageurs endurent un chaos généralisé dans les aéroports cet été devient plus réelle", a fait savoir Olivier Jankovec, le directeur général d'ACI Europe. Pour répondre à ce défi logistique, le Conseil des aéroports européens a listé une série de mesures que les gouvernements de chaque pays doivent adopter.

L'organisation a demandé la mise en œuvre uniforme de la proposition de recommandation révisée à l'intérieur de l'UE publiée par la Commission européenne. Au-delà de garantir une cohérence avec la recommandation adoptée par le Conseil européen, cela permettra d'assurer la levée des restrictions de voyage pour les individus vaccinés ou les personnes testées et guéries. Les aéroports européens ont souhaité aussi que les États délivrent des certificats numériques communs et interopérables au plus tard le 1er juillet et que, avec la Commission européenne, ils reconnaissent les certificats numériques et manuels délivrés par les pays voisins de l'UE et d'autres pays tiers qui assouplissent les restrictions de voyage avec l'Europe.

La crainte d'une "apocalypse de temps d'attente"

Dans un souci organisationnel, ils ont réclamé le déploiement de personnels, notamment aux frontières, pour assurer le bon fonctionnement du processus aéroportuaire et ne pas retard les voyageurs. De même, ils ont rappelé l'intérêt de ne pas dupliquer les contrôles pendant le voyage (intégrant à la fois les processus de départ et d'arrivée aux aéroports) et que ces derniers aient lieu le plus tôt possible dans le processus des passagers (en particulier via l'enregistrement en ligne).

Le 18 mai dernier, Augustin de Romanet, patron du groupe Aéroports de Paris (ADP), avait partagé sa préoccupation autour d'une "apocalypse de temps d'attente" à la descente des avions cet été. "Ce qui me préoccupe moi principalement, c'est la gestion de la multiplicité des contrôles, des tests et du double contrôle de la police aux frontières", avait-il soufflé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : "Il n'impacte pas le profil de la vague que nous connaissons"

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.