Covid-19 : fin des terrasses "éphémères" à Paris ce lundi 1er novembre

Plusieurs villes commencent à revenir sur le dispositif des terrasses éphémères. Finis les terrasses et les cafés qui s'installent gratuitement sur les trottoirs ou sur certaines places de parking.

ÉCHÉANCE - Les extensions de terrasses, qui ont fleuri depuis la crise sanitaire pour favoriser les rassemblements en extérieur, doivent officiellement disparaître ce 1er novembre.

Les terrasses éphémères à Paris, c'est fini. Les bars et restaurants de la capitale qui avaient pu s'étendre sur les trottoirs ou les places de stationnements à la faveur du Covid-19, afin de favoriser les rassemblements en extérieur plutôt qu'en intérieur, doivent officiellement faire disparaitre ces extensions à partir de ce lundi 1er novembre, jusqu'au 1er avril 2022. 

Mais de nombreux établissements restent dans l'attente d'une autorisation permanente, dans un contexte où beaucoup ne respectent déjà pas le règlement. 

De 500 à 15.000 euros d'amende

Pour ces restaurateurs qui "pourront montrer qu'ils ont fait une demande", "il y aura une tolérance de quelques jours", souligne Olivia Polski, adjointe PS au commerce de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Entre 20 et 30 inspecteurs de la direction de l'urbanisme, très sollicités, "rappellent un par un" les établissements aux dossiers parfois incomplets ou retoqués par le maire d'arrondissement, précise-t-elle promettant une "réponse dans les semaines qui arrivent"

Pour Pascal Mousset, président du GNI (Groupement national des indépendants - hôtellerie et restauration) Paris Ile-de-France, "l'embouteillage administratif" permettra aux restaurateurs concernés de "laisser leur installation en place en la maintenant" et en l'utilisant.

Lire aussi

Mais pour les quelque 6000 demandes de simple renouvellement saisonnier à traiter pendant l'hiver, soit la moitié des 12.000 terrasses éphémères nées de la crise sanitaire sur les trottoirs, places de stationnement, terre-pleins, placettes ou rues piétonnisées, "il n'y aura pas de tolérance" à partir de lundi, assure Mme Polski. Celle-ci évoque des amendes pouvant monter à 500 puis 15.000 euros, avant fermeture administrative. Au Parisien, elle précise que, le cas échéant, "les services de la Ville pourront procéder au démontage, qui sera refacturé" aux restaurants ou bars visés ne respectent toujours pas ces obligations.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

EN DIRECT - Covid-19 : contaminations et hospitalisations en hausse avant l'entrée en vigueur du pass vaccinal

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 21 janvier

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.