Le Pr Perronne, médecin controversé de l'AP-HP, démis de ses fonctions

Le Pr Perronne, médecin controversé de l'AP-HP, démis de ses fonctions

LICENCIEMENT - L'AP-HP a annoncé ce jeudi 17 décembre mettre fin aux fonctions du Pr Christian Perronne en raison de ses propos jugés "indignes". Le médecin s'est fait connaitre ces derniers mois pour ses positions controversées.

Après des mois de bras de fer en interne, voilà que la direction de l'AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) a obtenu gain de cause auprès des instances de l'hôpital et mis fin aux fonctions du Pr Perronne. Motif : ses nombreuses sorties publiques qui ont suscité la polémique et jugées "indignes" par la direction. Le médecin, chef de service des maladies infectieuses de l'hôpital de Garches, dans les Hauts-de-Seine, est un personnage controversé et la caution scientifique du film complotiste "Hold-Up", auquel il a participé aux côtés de plusieurs "experts".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

"Depuis plusieurs mois, dans un contexte de crise sanitaire, le Pr Christian Perronne a tenu des propos considérés comme indignes de la fonction qu’il exerce", indique l'AP-HP ce jeudi 17 janvier, dans un communiqué. "Le collège de déontologie avait été saisi et l’avait souligné dans un avis qui avait été remis à l’intéressé qui n’en a pas tenu compte. Ses propos les plus récents avaient conduit le président de la conférence des doyens d’Île-de-France à engager la démarche de retrait d’agrément pour la formation des internes."  Dans le même temps, une plainte a été déposée auprès de l'Ordre des médecins, fait savoir l'AP-HP.

À la mi-octobre, le médecin avait déclaré que les malades du Covid représentaient une aubaine financière pour les hôpitaux. Le ministère de la Santé s'était senti obligé de réagir et de parler de propos "regrettables". Plus tôt dans l'année, le Pr Perronne avait également pris position dans le débat sur l'hydroxychloroquine en jugeant que l'utilisation du médicament aurait permis d'éviter 25 000 morts du Covid-19 en France. C'est d'ailleurs depuis cette sortie remarquée que le docteur est dans le viseur de l'Ordre des médecins et de l'AP-HP.

Lire aussi

En promotion pour son livre "Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ?", ce dernier avait aussi qualifié le revirement du gouvernement sur le port du masque, un temps inutile avant d'être recommandé pour la population, de "mensonge d'État". Dans son communiqué, l'AP-HP mentionne également des "attaques ad hominem proférées publiquement à l'encontre d'un confrère" qui ont conduit le 1er décembre au vote d'une mention par la commission médicale de l'établissement. Elle précise qu'un nouveau chef de service a été nommé ce jeudi "à titre intérimaire". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'Australie avait de "profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français, riposte son gouvernement

EN DIRECT - Crise des sous-marins : un échange entre Emmanuel Macron et Joe Biden "dans les tout prochains jours"

EN DIRECT - L'assouplissement du pass sanitaire "probablement" au menu d'un conseil de défense mercredi, selon Attal

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

Olivier Véran dessine les contours d'un pass sanitaire différencié selon les territoires

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.