Pas de retour à la gratuité des tests anti-Covid envisagé, indique Christophe Castaner

Pas de retour à la gratuité des tests anti-Covid envisagé, indique Christophe Castaner

REPRISE ÉPIDÉMIQUE - Un mois après la levée de la gratuité des tests anti-Covid, le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale, Christophe Castaner, assure dans l'Interview Politique sur LCI que ces tests resteront pour l'heure payants.

Si la volonté du gouvernement reste "de tout faire pour empêcher" un reconfinement, le retour à la gratuité des tests anti-Covid n'est pas à l'ordre du jour, a indiqué sur LCI dans l'Interview Politique Christophe Castaner, président du groupe La République En Marche à l'Assemblée nationale. Cette prise en charge par l'Assurance Maladie avait été levée le 15 octobre dernier, mais la semaine passée, 1,7 million de tests ont été réalisés, un "très haut niveau", a-t-il déclaré ce mercredi 17 novembre, assurant que ces tests resteront pour l'heure payants.

Toute l'info sur

L'interview Politique

Dans l’essentiel des cas "il y a la prise en charge des tests", a-t-il par ailleurs assuré. Plusieurs personnes sont en effet exemptées de payer ces tests : les vaccinés, ceux ayant une contre-indication à la vaccination ou une prescription médicale, ainsi que les mineurs. 

"Ce n'est pas à l’ensemble des Français de payer une décision personnelle"

Christophe Castaner a par ailleurs estimé au sujet des tests "de confort", "de loisirs", réalisés par ceux qui refusent la vaccination, qu'"il n'est pas illogique de dire que ce n'est pas à l’ensemble des Français de payer une décision personnelle". "Il y a une forme d’irresponsabilité à penser que l’on peut faire le test 10, 20 fois par mois parce que l'on a décidé de ne pas se faire vacciner", a-t-il lancé, estimant qu'"il est nécessaire que chacun prenne ses responsabilités"

Au sujet d'un retour à la gratuité, "certains le plaident - et je l'entends parfaitement -, mais c'est aussi un moyen d'encouragement à aller vers la vaccination, vers le rappel", a-t-il défendu. Cette campagne vaccinale est une "réponse" face à "un virus mobile, qui se déplace". Le président du groupe LaREM à l'Assemblée a d'ailleurs salué l'engagement de la majorité des Français en ce sens. 

Lire aussi

Il a indiqué que 75% des Français éligibles au rappel l’ont déjà réalisé, et 210.000 personnes se sont fait vacciner dans les 24 heures suivant l'allocution d'Emmanuel Macron, mardi 9 novembre. "Je garde confiance" en cet effort vaccinal, "mais il ne faut rien exclure" au regard mesures drastiques et tensions dans les autres pays européens, a-t-il toutefois nuancé. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'OMS conseille aux plus de 60 ans et aux personnes vulnérables de ne pas voyager

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

EN DIRECT - Présidentielle : Eric Zemmour est l'invité du 20h de TF1

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.