Côte-d'Or : la justice donne raison au viticulteur bio qui refusait de traiter ses vignes

Côte-d'Or : la justice donne raison au viticulteur bio qui refusait de traiter ses vignes

Société
DirectLCI
AGRICULTURE - Emmanuel Giboulot était poursuivi pour avoir refusé de répandre de manière préventive un insecticide sur ses vignes. La cour d'appel de Dijon l'a mis hors de cause jeudi.

Pour Emmanuel Giboulot, c'est "une victoire de la mobilisation citoyenne". Ce viticulteur bio de la Côte-d'Or, poursuivi pour avoir refusé de traiter ses vignes avec des pesticides, a finalement été relaxé jeudi par la cour d'appel de Dijon.

En première instance, il avait été condamné début avril à 500 euros d'amende (et la même somme avec sursis). Il lui était reproché de ne pas avoir suivi un arrêté du préfet (publié en juin 2013) ordonnant à tous les viticulteurs de Côte-d'Or de répandre un insecticide sur leurs vignes pour les protéger de la flavescence dorée, une maladie très contagieuse ayant affecté des vignobles en Saône-et-Loire, le département voisin.

"A quoi bon déséquilibrer l'écosystème ?"

"Qu'il soit naturel ou de synthèse, le pyrèthre [l'insecticide en question, ndrl] est un neurotoxique. Il affectera [...] aussi les oiseaux, les animaux, voire les viticulteurs selon les doses pulvérisées", se justifiait Emmanuel Giboulot dans le JDD en février. "À quoi bon déséquilibrer l'écosystème alors qu'aucun pied malade n'a été détecté dans le département ?". Jeudi, il expliquait toutefois : "Si j'avais eu un foyer [de flavescence dorée, ndrl] à ma porte, j'aurais sans doute utilisé les traitements".

Jeudi, le tribunal a estimé que le vigneron n'était pas coupable puisque l'arrêté préfectoral en question n'avait pas été approuvé par le ministère de l'Agriculture - comme cela aurait dû être le cas. Rien ne l'obligeait donc à traiter ses vignes. Toujours est-il qu'au fil de son procès, très médiatisé, celui-ci a fini par devenir une figure de la contestation écologiste.

EN SAVOIR + >> Le viticulteur bio qui a dit non aux pesticides devant le tribunal

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter