Ses collègues lui offrent un an de congés pour s’occuper de son enfant malade

Ses collègues lui offrent un an de congés pour s’occuper de son enfant malade
SOCIÉTÉ

SOLIDARITÉ - A Coudekerque-Branche, des collègues ont offert à un père salarié un an de congés pour rester auprès de son enfant malade. Une nouvelle preuve d’humanité qui fait chaud au cœur.

En décembre 2016, un homme, salarié au sein de la plateforme d’appels téléphonique Capdune, veut quitter son travail pour s’occuper de son fils, malade. Après une discussion avec le responsable des ressources humaines, une autre solution lui est proposée : activer le compte épargne solidarité, avec un don de RTT et de jours de congé des salariés de l’entreprise. 

Une belle leçon de solidarité- Le DRH de Capdune

C’est La Voix du Nord qui nous raconte cette belle histoire empreinte d’humanité, révélant le meilleur de chacun : une chaîne de solidarité inédite s’est mise en place. Des collègues ont ainsi offert à ce papa un an de congés pour rester auprès de son enfant malade.

Le dispositif, lancé le 6 janvier, a très vite et très bien fonctionné. Le responsable des ressources humaines relate au quotidien local : "Le soir-même, on avait déjà récolté 101 jours pour que le salarié puisse rester auprès de son enfant. On a même dû limiter les dons à un jour de congé et un RTT par salarié car il y a des gens qui étaient prêts à tout donner, même des jours en cours d’acquisition. En trois jours, les dons abondent et le compteur affiche 185 jours pour ce père de famille, auquel s’ajoutent 25 % de dons de l’entreprise sur les jours récupérés [...] Dans l’entreprise, chacun en tire une belle leçon de solidarité".

Depuis 2009, il est possible de donner ses congés à un collègue

De telles histoires se multiplient en France grâce à la loi Mathys, du nom d'un petit garçon mort en 2009 d'un cancer du foie, après que son père a bénéficié du don spontané de 170 jours de RTT de la part de ses collègues.

Promulgué en mai 2014, ce texte autorise un salarié à "renoncer anonymement et sans contrepartie", avec l’accord de l’employeur, "à tout ou partie de ses jours de repos non pris" au profit d'un collègue, parent d'un enfant de moins de 20 ans "atteint d'une maladie, d'un handicap ou victime d'un accident d'une particulière gravité". 

Les jours "donnés" peuvent être des RTT, des récupérations ou la cinquième semaine de congés payés.

Lire aussi

En vidéo

La loi Mathys pour céder vos RTT à des collègues

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent