"Les gamins, ils sont bleus, ils claquent des dents" : coup de froid dans les piscines à Paris

"Les gamins, ils sont bleus, ils claquent des dents" : coup de froid dans les piscines à Paris

GLA-GLA – Cet été, la Ville de Paris a baissé d'un degré la température des bassins de ses piscines municipales. Un degré, ce n’est pas rien : cela permet des économies d’énergies et de budget. Mais cela gêne aussi les baigneurs. LCI fait le point.

"Les gamins, au bout d’un quart d’heure, ils sont bleus, ils tremblent, ils claquent des dents, et ils n’écoutent plus ce qu’on leur dit, ils essaient juste de survivre". Mathieu Bourgau est maître-nageur dans une piscine parisienne. Depuis le début d'année, il observe des réflexes curieux chez les baigneurs : ils ont l'air frigorifiés. La raison, Mathieu la connaît : l'eau du bassin est plus fraîche. Et c'est un choix délibéré de la mairie.

La mesure, mise en oeuvre cet été, est passée un peu inaperçue : la température de eaux des piscines a bel et bien baissé. Oh, pas de beaucoup : un petit degré. Mais cela fait toute la différence. Le thermomètre du bassin affiche ainsi désormais 26 degrés, au lieu de 27. Petite exception, cependant, pour les bassins d’apprentissage, quand il y en a. "C'est arrivé sans concertation, via une note de service en juin, sans qu'on ait eu vent de quoi que ce soit", raconte Mathieu Bourgau à LCI. "On a découvert ça en même temps que les usagers". Cette baisse a finalement été relevée mercredi par Le Parisien, qui a fait témoigner des baigneurs frigorifiés. 

D'après la Ville, la mesure s’inscrit dans les "Plan Climat énergie" et "Nager à Paris", qui visent à réduire la consommation d’énergie. Paris fait donc la chasse aux énergies dans les piscines : elles font en effet partie des équipements les plus énergivores. Et la municipalité ne manque pas d’inventivité pour tester de nouveaux dispositifs parfois… originaux : chauffage des bassins et douches en récupérant la chaleur des égouts dans la piscine Aspirant-Dunant (14e) ; chauffage de la piscine en récupérant la chaleur générée par les data centers, bientôt en, test à la Butte-aux-Cailles (13e) ; panneaux solaires permettant le préchauffage de l’eau des douches (Beaujon, 8e) ou de l’eau des bassins (Nakache, 20e).  La baisse de la température n'est cependant indiquée dans aucun des deux plans concernés. Seule une notice d'information a été placardée autour des bassins, une fois la mesure mise en place.

L’alibi écolo, il a bon dos- Christian Pigaglio, CGT

Contactée par LCI, la mairie souligne que ce degré en moins va se traduire par une baisse de l’ordre de 10 % de la consommation d’énergie liée au chauffage. Cette chute du mercure a d’autres avantages : avec une eau moins chaude, les bactéries prolifèrent moins. Ce qui permet  donc aussi de réduire les consommations de javel ou de chlore. Tout bénéf’, donc.

"L’alibi écolo, il a bon dos", sourit Christian Pigaglio, secrétaire à l’organisation CGT-EVSPC (Espaces verts, Sports, Prévention et Cimetières). "La Ville se cache derrière des prérogatives d’économie d’énergie, mais c’est clairement des économies financières." "C’est tout simplement une mesure d’économie !", abonde Christophe Deparis, secrétaire général adjoint de FO-Personnel de la Ville de Paris. "Vous êtes chez vous, vous baissez votre radiateur à la maison. Forcément, votre consommation de gaz ou de fuel baisse ! Mais que la mairie vienne vous dire la main sur le coeur que ce sont des mesures pour préserver l’environnement… Un degré en moins, sur l’ensemble des piscines parisiennes, c’est une enveloppe énorme." Dans ce cas particulier, écologie rime en effet avec économie. Financièrement, elle sera de l’ordre de 200 à 300.000 euros par an, nous indique la Ville. 

Mais ce bénéfice se fait-il au détriment du confort des baigneurs ? La municipalité assure que non. Elle fait valoir que 26 degrés, c’est justement la température qui correspond à "la température maximale acceptable pour la pratique sportive de la natation", qui est d'ailleurs celle requise pour les épreuves olympiques. Les recommandations du Rectorat et de l’Education nationale sont pour leur part situées entre 26 et 28 degrés. On est donc dans la fourchette basse… mais on y est ! 

Dans nos piscines, on ne peut pas dire qu'on prépare les JO- Mathieu Bourgau, FO

Mais d’après Mathieu Bourgau, également délégué FO, le  ressenti des usagers n’est pas aussi enthousiaste. "Dans nos piscines, on ne peut pas dire qu'on prépare les Jeux olympiques", sourit le maître-nageur. Et si cet été, le petit degré en moins est passé inaperçu, les habitués n'étant pas là, la rentrée et l'arrivée de la période de froid ont marqué le début des hostilités : "On a eu beaucoup de plaintes des usagers, de ceux qui viennent  faire l’aquagym, des familles qui viennent le week-end avec les enfants en bas-âge, raconte-t-il. "On a envie d'avoir une sensation de chaleur, quand on va à la piscine."

 Pour lui, la mesure est d’ailleurs "contradictoire avec notre politique sportive" : "On insiste beaucoup sur le sport en famille, sur le 3e âge, sur le fait de ramener les enfants à la piscine. Avec l’eau à 26 degrés, le 3e âge ou les familles, ils sont transis de froid."  Quant aux scolaires, "au bout d’un quart d’heure", ils ne sont donc plus capables de rien. "Des instituteurs se sont plaints. On s’inquiète d'ailleurs sur le fait que ça peut poser des problèmes sur la sécurité."

Le maître-nageur sait toutefois que le public finira par s'adapter. Mais il trouve ça dommage. "Dans un an, ceux qui se plaignent ne viendront plus. Les scolaires n'auront, certes, pas le choix mais feront ça sans plaisir. Il restera ceux qui viennent enchaîner les longueurs. Et peut-être que dans deux ans, l'eau passera à 25 ? C'est dommage d'enlever cet aspect loisirs de la natation. " 

Lire aussi

    VIDEO ARCHIVES - En 2014, la célèbre piscine parisienne Molitor rouvrait ses portes

    En vidéo

    La célèbre piscine parisienne Molitor rouvre ses portes

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Gaza : la France appelle Israël à "garantir l'accès rapide et sans entrave de l'aide"

    Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

    Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros passent à l'authentification forte

    La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

    Espagne : arrivée record de 6000 migrants en une journée à Ceuta, 2700 renvoyés au Maroc

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.