Couvre-feu : Roland-Garros obtient une dérogation surprise pour aller au bout du choc Nadal-Djokovic

Couvre-feu : Roland-Garros obtient une dérogation surprise pour aller au bout du choc Nadal-Djokovic

TENNIS - Alors que la demi-finale opposant Novak Djokovic à Rafael Nadal était loin d'être terminé à l'heure du couvre-feu, les spectateurs du match ont bénéficié d'une autorisation exceptionnelle et ont pu rester dans les tribunes jusqu'à la fin.

Quelle aura été la plus grande surprise ? Pour les spectateurs du court Philippe-Chatrier, une chose est sûre : la soirée a été pour le moins riche en émotion. Alors que le Serbe Novak Djokovic venait de remporter la 3e manche pour mener deux sets à un, l'heure du couvre-feu - 23h depuis le 9 juin - menaçait le public de pouvoir assister à une résolution du suspens. Mais au lieu d'entendre le traditionnel message demandant aux tribunes de se diriger vers la sortie, les visiteurs ont été autorisés à voir le match jusqu'à son dénouement. 

Toute l'info sur

Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Déconfinement, vaccination... suivez les dernières actualités sur le Covid

"On s'en ira pas ! On s'en ira pas !

"Madame, Monsieur, en accord avec les autorités nationales, le match ira à son terme en votre présence", a finalement indiqué le speaker vers 22h40. Le public scandait alors aux changements de côté "On s'en ira pas ! On s'en ira pas !". Changement de slogan en apprenant qu'il avait eu gain de cause, à coups de "Merci Macron ! Merci Macron !".

"Je voudrais remercier l'Élysée et Matignon de nous permettre d'aller au bout de ce suspense incroyable, de ce match de légende", a quant à lui déclaré Gilles Moretton, le président de la Fédération française de tennis (FFT) au micro de France Télévisions. Interrogé quelques minutes après l'annonce, il n'a pas caché son émotion : "Je pense à des millions de gens et notamment à ceux devant la télévision."

Un match de légende

L'évacuation du public mercredi durant le quart de finale entre Novak Djokovic et Matteo Berrettini avait provoqué la colère des spectateurs. "On a payé 500 balles pour deux tiers du match, c'est inadmissible. Dans ce cas, il fallait commencer à 19h", avait pesté un spectateur quittant le stade avec son épouse et leurs deux enfants.

Lire aussi

"Je pense qu'il fallait aller au bout avec des spectateurs, des joueurs qui vont donner le maximum et un spectacle d'une immense qualité", a terminé Gilles Moretton. Car nouvelle surprise, au bout de quatre heures de jeu, c'est finalement le N°1 mondial qui s'est imposé, battant l'Espagnol, considéré comme le roi de Roland-Garros, et qui était en quête d'un 14e sacre sur la terre parisienne synonyme de 21e titre du Grand Chelem. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

EN DIRECT - Vaccination : Olivier Véran a administré sa deuxième dose à Olivia Grégoire, enceinte

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.