Covid-19 : des médecins scolaires réclament la fermeture des écoles pour quatre semaines

Covid-19 : des médecins scolaires réclament la fermeture des écoles pour quatre semaines

MISE EN GARDE - Le SNMSU-UNSA, premier syndicat des médecins de l'Éducation nationale, "propose la fermeture de tous les établissements scolaires" à compter de ce lundi afin d'enrayer la propagation du Covid-19.

Les écoles fermeront-elles dans les semaines à venir ? Si le gouvernement rejette pour le moment l'idée d'un confinement strict comme au printemps dernier, des médecins scolaires réclament, eux, la fermeture des écoles dès ce lundi. Ils proposent en effet "la fermeture de tous les établissements scolaires à partir du 8 février pour la durée des vacances des trois zones géographiques", écrit dans un communiqué le SNMSU-UNSA Éducation, syndicat majoritaire des médecins de l'Éducation nationale.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Une durée totale de fermeture de quatre semaines, dont deux de vacances, qui vise selon eux à "ralentir la circulation du virus dans les établissements scolaires afin de tenter d'éviter une fermeture qui risque d'être beaucoup plus longue dans le cadre d’un confinement", préviennent-ils. "L'alerte que nous lançons correspond à une évolution récente de la situation", explique sur LCI le Dr Marianne Barré, secrétaire générale adjointe du syndicat (voir vidéo en tête de cet article). "Nous observons une apparition de variants en nombre extrêmement important dans les établissements scolaires comme dans la population générale."

"Nous constatons les premiers cette augmentation du nombre de cas"

Dans leur communiqué, les médecins pointent en effet "une circulation du virus […] de plus en plus forte en milieu scolaire", et estiment également que "les dernières mesures sanitaires prises par le ministre de l'Éducation nationale", notamment sur les masques, "sont inapplicables et ne pourront donc pas être efficaces pour ralentir la circulation du virus". "Nous, médecins et infirmières, n'arrivons même plus à gérer d'un jour sur l'autre le nombre de cas", alerte le Dr Barré.

Lire aussi

Toutefois, avec les vacances, toutes les écoles fermeront leurs portes pendant deux semaines en février. "Nous sommes extrêmement sceptiques sur le fait que cela puisse suffire pour diminuer le nombre de cas et permettre une reprise dans des conditions sereines", poursuit la secrétaire générale adjointe. En cause, notamment, le fait que "le gouvernement ait autorisé les déplacements dans l'Hexagone, donc le brassage des populations", avertissent les médecins.

Enfin, le Dr Marianne Barré regrette que les médecins scolaires soient trop peu pris en compte par les autorités. "Les fermetures de classes sont en constante augmentation, mais nous n'avons pas accès aux chiffres du ministère", assure-t-elle. "Nous ne sommes absolument pas associés aux décisions ministérielles ni à un dialogue avec le ministère. Nous sommes pourtant les seuls spécialistes de la santé à l'école. Nous constatons les premiers cette augmentation du nombre de cas."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter