Covid-19 : 36.000 faux pass présumés dans le viseur de l'Assurance maladie

Si le pass sanitaire suscite des résistances chez une partie de la population, on voit apparaître depuis quelques jours de faux certificats. Certains médecins accepteraient d'en délivrer. Mais il y a aussi des QR codes qui seraient détournés.

CHASSE AUX FAUX - Selon un bilan présenté jeudi par l'Assurance maladie, près de 350 procédures ont été engagées à ce jour pour suspicion de faux pass sanitaires, visant quelque 270 soignants et 36.000 assurés soupçonnés d'en avoir bénéficié.

La chasse aux faux pass sanitaires s'amplifie depuis la rentrée. Depuis fin août, les caisses locales d'assurance maladie reçoivent chaque jour "entre 6 et 10 réquisitions" des services de police et de justice, a indiqué le directeur de la caisse nationale (Cnam), Thomas Fatôme, lors d'une conférence de presse ce jeudi. Et d'insister : "Nous sommes toujours très sollicités".

Toute l'info sur

Le pass sanitaire, nouvel outil du quotidien

Le bilan présenté à cette occasion fait état de près de 350 procédures engagées à ce jour pour suspicion de faux pass sanitaires, visant quelque 270 soignants et 36.000 assurés soupçonnés d'en avoir bénéficié. 

Lourdes sanctions

D'après un décompte arrêté mardi, les 262 réquisitions enregistrées portent elles sur 14 centres de vaccination, 138 professionnels de santé et 35.709 assurés. S'y ajoutent les "suites contentieuses" à l'initiative des caisses locales, qui ont lancé 83 procédures (plaintes, signalements aux procureurs ou aux ordres professionnels) visant 31 soignants, 23 autres personnes "ayant contribué à la fraude" et 253 bénéficiaires potentiels.

"Évidemment la présomption d'innocence s'applique", a rappelé M. Fatôme, précisant que les assurés mis en cause sont le plus souvent "liés à des professionnels suspectés de fraude" et qui font l'objet de vérifications au cas par cas.

Lire aussi

Les délits liés aux "attestations frauduleuses de vaccination" sont passibles de lourdes sanctions : jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende pour les faussaires, 3 ans et 45.000 euros pour les utilisateurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

"Ma femme est sénégalaise, je n’ai pas de leçons à recevoir" : l’humoriste Philippe Chevallier défend son vote pour Marine Le Pen

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.