Covid-19 : ces départements où la fin du masque en extérieur est déjà une réalité

Covid-19 : ces départements où la fin du masque en extérieur est déjà une réalité

ASSOUPLISSEMENT - Les préfets de plusieurs départements ont levé l’obligation de porter le masque en extérieur à condition que la distanciation physique puisse être respectée et à l'exception de certaines situations.

Une étape de bon augure avant la généralisation de la mesure à tout le territoire ? En attendant l'abandon du port du masque en extérieur partout en France tant espéré pour cet été, les préfets de plusieurs départements où la circulation du Covid-19 a ralenti, ont déjà sauté le pas. 

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Alors que s'ouvre ce mercredi dans l'Hexagone la deuxième étape du déconfinement, les habitants de plusieurs régions pourront ainsi de nouveau, si ce n'est pas déjà le cas, se passer de masque dans la rue. Quels sont les territoires concernés ? Dans quelle mesure et selon quelles réserves ? On fait le point.

Creuse

À partir de jeudi, ce sont les habitants de la Creuse qui pourront à leur tour se passer de porter une protection dans certaines situations à l'extérieur, comme l'a annoncé la préfète du département Virginie Darpheuville sur France Bleu Creuse, ce mardi. Ces derniers devront ainsi continuer à porter le masque dans les commerces et sur les marchés mais pas en se promenant seul ou en famille dans une rue peu fréquentée, a-t-elle précisé.

Moselle

Cet allègement des restrictions sanitaires locales est aussi de mise en Moselle, où le port du masque n’est plus obligatoire dans plus de 600 communes. À l'origine de cette décision : la baisse importante des contaminations dans le département, où le taux d’incidence, divisé par 3 en un mois, ne s’élève plus qu’à 90 cas pour 100 000 habitants. "À partir du 19 mai, le masque ne sera plus obligatoire dans les communes rurales de moins de 2 500 habitants, sauf lors de grands rassemblements comme les marchés" a annoncé Laurent Touvet, préfet de la Moselle ce mardi, en rappelant que le masque reste évidemment obligatoire dans les commerces et les transports. 

"Il faut que chacun comprenne que la pérennité de l’amélioration dépend de nos efforts, et que la bataille n’est pas définitivement gagnée", a-t-il insisté, indiquant qu’une nouvelle étape pourrait être franchie le 9 juin, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des étapes progressives décidées par le gouvernement.  Pour l'heure, l'obligation de porter le masque reste en vigueur dans 83 des 725 communes du département. 

Charente-Maritime

Avec un taux d’incidence parmi les plus faibles de France (40,7 pour 100 000 habitants contre 104 au niveau national), le

 département de la Charente-Maritime a opté pour le même assouplissement. Mais seules quelques communes dont Saint-Jean-d’Angély, Bourgneuf ou encore Royan sont pour l'heure concernées.

Depuis ce lundi 17 mai, "le port du masque n'est plus obligatoire dans les rues (...) et au plan d'eau" a ainsi annoncé la municipalité de Saint-Jean-d’Angély sur les réseaux sociaux. "Nous avons constaté que le taux d'incidence était en diminution en Charente-Maritime et ça faisait depuis le mois d'octobre que la ville imposait le masque sur l'ensemble de son territoire", a justifié le premier adjoint au maire à France 3 Charente-Maritime. Le masque reste toutefois obligatoire sur les marchés, dans les cimetières et aux abords des établissements scolaires.

Loir-et-Cher

En Loir-et-Cher, où le taux de positivité des tests est notamment de 4,90%, bien en dessous de la moyenne régionale (5,20), la mesure sera allégée "au regard de l’amélioration sensible de la situation épidémiologique", indique la préfecture dans un communiqué. A compter de ce mardi soir minuit et jusqu’au 9 juin inclus, le port du masque qui était jusque là imposé dans 14 communes du département, ne le sera plus qu'uniquement en centre-ville de Blois, à Romorantin-Lanthenay et à Vendôme.

Alpes-Maritimes

Dès l'entrée dans la première phase de déconfinement, le préfet des Alpes-Maritimes avait décidé que le port du masque n’était plus obligatoire dans les espaces verts urbains et aux abords des plans d'eau, plages et bases de loisirs comprises. La décision était intervenue à la demande, entre autres, de la municipalité de Villeneuve-Loubet, commune très boisée à l'origine d'une campagne d’affichage décalée et critique représentant des sangliers masqués.

Puy-de-Dôme, Ariège, Morbihan, des cas à part

Depuis début mai, le port du masque n'était plus obligatoire non plus que dans les communes de plus de 10.000 habitants du Puy-de-Dôme. Avant même le début du déconfinement, mi-avril, la préfecture d'Ariège avait levé l'obligation du port du masque en extérieur dans la plupart des communes du département. À l'exception des onze communes où elle a été maintenue, les habitants continuent de le porter notamment aux abords des marchés ou des écoles. Dès février, le préfet du Morbihan avait de son côté levé l'obligation dans les communes de moins de 5 000 habitants. 

Fausse joie en Seine-et-Marne...

Evoquant dans un arrêté daté du 17 mai, une "amélioration significative et continue des indicateurs épidémiologiques depuis le 1er mai" dans le département,  le préfet de Seine-et-Marne, Thierry Coudert avait estimé que le port du masque en extérieur "ne constitue plus une réponse nécessaire, proportionnée et adaptée pour lutter contre l'épidémie de Covid19".

Dès mercredi, comme annoncé sur Twitter par la préfecture, il était prévu que le port d'une protection devienne ainsi "facultatif si les règles de distanciation sont applicables", et reste obligatoire dans tous les autres cas. Mais la préfecture s'est ravisée ce mardi soir : "Le port du masque est maintenu", peut-on lire sur Twitter.

... et en Ardèche

Comme en Seine-et-Marne, la préfecture de l'Ardèche a finalement reporté, mardi soir, l'assouplissement du port du masque dans l'espace public qu'elle avait annoncé plus tôt dans la journée à compter du 19 mai. Un revirement, explique-t-on, effectué dans un souci d'harmonisation entre les départements. "Afin que les règles du port du masque soient harmonisées entre tous les départements, la publication de l'arrêté préfectoral assouplissant le port du masque en Ardèche est reportée de quelques jours", indique la préfecture. "Le port du masque est donc maintenu partout dans l'espace public."

Lire aussi

Pour rappel, sur un plan réglementaire, la majorité des maires et des préfets auxquels revient la compétence d'imposer ou non le port du masque à l'extérieur, a jusque-là suivi la position du gouvernement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Martinique se reconfine dès vendredi

Covid-19 : doit-on s'isoler si l'on est déclaré "cas contact" et pleinement vacciné ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

VIDÉO - Pour rassurer, Olivier Véran vaccine devant les caméras sa collègue Olivia Grégoire, enceinte

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.