Covid-19 : le tour d'Europe... des tours de vis sanitaires

Covid-19 : le tour d'Europe... des tours de vis sanitaires

PROTOCOLE SANITAIRE - Alors que les chiffres des contaminations s'envolent en Europe, de nombreux pays renforcent leurs restrictions sanitaires. Tour d'horizon des différentes stratégies mises en place pour tenter d'enrayer cette flambée épidémique.

Depuis plusieurs semaines, les indicateurs passent au rouge sur le continent européen, frappé par une reprise épidémique qui fait s’envoler à nouveau les cas de contaminations. L’Europe est même devenue l’épicentre de la pandémie : au cours de la semaine passée, les dix pays enregistrant les plus grosses accélérations des contaminations sont tous européens. Sont surtout concernés l'Est et le centre de l'Europe. 

Selon le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC), la situation sanitaire est particulièrement "très inquiétante" dans dix pays européens : la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l'Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Sur l’ensemble du continent, les gouvernements serrent la vis pour tenter d’endiguer la propagation du virus, et ce de manière plus ou moins drastique. À compter de ce lundi, l’Autriche reconfine sa population, mais uniquement les non-vaccinés qui ne sont pas non plus récemment guéris du Covid-19, une première dans l’Union européenne. Plus de 13.000 nouveaux cas ont été enregistrés samedi dans ce pays de 9,8 millions d'habitants, au plus haut depuis le début de la pandémie, qui a tué 11.700 personnes en Autriche.

Appliquée dès 12 ans, cette mesure interdit aux deux millions de personnes concernées de sortir sauf pour faire des courses, du sport ou recevoir un soin médical, au risque de payer une amende de 500 euros. Depuis une semaine, les non-vaccinés étaient déjà refusés à l’entrée des restaurants, hôtels et salons de coiffure. Si 65% des Autrichiens sont vaccinés, la moyenne européenne monte à 67%, quand certains pays comment l'Espagne montent à 79%. 

Si la restriction autrichienne est la plus drastique jusqu’alors, nombre de voisins européens ont déjà commencé également à déployer un arsenal de mesures.

Reconfinement partiel et restrictions d’accès

Aux Pays-Bas, c’est le recours à un confinement partiel qui a été privilégié. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé vendredi 12 décembre le retour de restrictions sanitaires dans tout le pays depuis La Haye, où environ 200 manifestants se sont rassemblés en signe de protestation, rapidement dispersés par les forces de l’ordre. À compter de samedi 13 novembre et pour trois semaines, les bars, restaurants et magasins de première nécessité fermeront à 20h, contre 18h pour les magasins non essentiels, tandis que le télétravail est encouragé et les manifestations publiques annulées. 

Une mesure adoptée face à la grimpée vertigineuse des cas : jeudi, le pays a enregistré 16.364 nouveaux cas de Covid au cours des dernières 24h, un record depuis décembre 2020 - bien que 82% des Néerlandais de plus de 12 ans soient entièrement vaccinés. 

L’Islande a également adopté un arsenal de restrictions sanitaires vendredi, moins d’une semaine après la réintroduction de nouvelles mesures pour faire face à des records de contaminations enregistrés ces derniers jours : les bars, restaurants et discothèques fermeront une heure plus tôt, à savoir à 22h, la jauge dans les piscines et salles de sport est abaissée à 75% de la capacité maximale, les rassemblements publics ne peuvent plus accueillir que 50 personnes, contre 500 auparavant. 

Bien que 89% de la population de plus de 12 ans soit entièrement vaccinée, le pays a enregistré 748 contaminations entre lundi et vendredi derniers, du jamais vu sur l’île. 

Retour au télétravail

De son côté, l’Allemagne mise sur un retour massif au télétravail par un projet de loi en préparation qui devrait être signé d’ici la fin de la semaine. Ce texte prévoit de contraindre les employeurs à autoriser cette possibilité en l’absence d’une "raison professionnelle impérieuse" de se déplacer. La règle du travail à domicile avait été levée début juillet, mais la dégradation de la situation sanitaire mène les autorités à la faire revenir à l’ordre du jour : le taux d’infection a atteint un nouveau record dimanche, avec 289 cas pour 100.000 personnes, tandis que le taux de vaccination plafonne à 67%. 

Les travailleurs seront aussi invités à prouver qu’ils sont vaccinés ou disposent d’un test négatif. Selon les médias allemands, les autorités envisagent aussi de restreindre l’accès à certains évènements aux personnes vaccinées ou qui ont récemment guéri de la maladie. 

En Belgique, c'est surtout la hausse des admissions à l’hôpital qui inquiète  la barre des 500 lits a été dépassée au cours du week-end, un chiffre qui devrait grimper à 700 d’ici fin novembre selon le GEMS (le groupe d’experts chargés de conseiller les autorités dans la crise Covid), note La Libre Belgique. Le consortium de spécialistes encourage le gouvernement à rendre à nouveau le télétravail obligatoire jusqu'aux vacances de Noël. 

Rétablissement ou durcissement du pass sanitaire

Les experts belges recommandent aussi de maintenir à l’entrée des cinémas, théâtres et salles de sport le Covid Safe Ticket (CST), pass sanitaire belge, mais de fermer les boîtes de nuit pour 3 ou 4 semaines. À moins d’exiger à l’entée un auto-test pour les personnes vaccinées et un test PCR pour les autres. Les marchés de Noël seraient aussi soumis au CST. Le gouvernement belge se penchera sur ces propositions mercredi.  

D'autres pays européens choisissent de même de miser sur ce passeport sanitaire. Même ceux qui s'en étaient séparés, comme le Danemark, y reviennent. Après deux mois sans aucune restriction sanitaire, le pays scandinave a annoncé lundi 8 novembre réintroduire son coronapass notamment dans les bars, restaurants et boîtes de nuit dès 15 ans. Le pays scandinave avait été pionnier du pass sanitaire, introduit au printemps avant d’être levé le 10 septembre. 

Depuis, le nombre de cas a été multiplié par quatre, même si le taux de vaccination est particulièrement haut, avec 85,9% des plus de 12 ans entièrement vaccinés. Lundi dernier, au moment de cette annonce, plus de 2000 nouveaux cas ont été rapportés pour la cinquième journée consécutive dans le royaume nordique de 5,8 millions d'habitants.  

Lire aussi

D'autres l'introduisent pour la première fois. Après avoir levé toutes ses restrictions fin septembre, la Norvège va réintroduire des mesures anti-Covid mais en excluant toute mesure drastique comme un confinement, a annoncé vendredi son gouvernement inquiet de voir le nombre quotidien de nouveaux cas avoisiner les 1500 dans un pays de 5,4 millions d’habitants. 

Au programme de ce protocole sanitaire renforcé : recours autorisé au pass sanitaire par les communes, tandis que des restrictions locales réapparaissent ces derniers jours dans le pays. Par ailleurs, les personnels de santé non-vaccinés devront se faire tester deux fois par semaine et porter le masque. 

Du côté de la Croatie, qui enregistre l’un des plus faibles taux de vaccination européen avec moins de la moitié de sa population entièrement vaccinée (45%), un pass sanitaire est exigé à compter de ce lundi 15 novembre pour tous les employés du secteur public et les personnes se rendant dans des institutions publiques. Pour l’obtenir, il faut être vacciné, avoir guéri du Covid-19 ou présenter un test négatif récent. 

La mesure a déclenché la colère de centaines de manifestants, rassemblés chaque jour pendant une semaine devant les bâtiments du gouvernement et du Parlement dans le centre de Zagreb. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Emmanuel Macron a reçu sa dose de rappel vaccinal ce week-end

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.