Confinement : dans les gares, aéroports et péages, contrôles intensifiés durant ce week-end

Confinement : dans les gares, aéroports et péages, contrôles intensifiés durant ce week-end

ÉPIDÉMIE - Les contrôles vont "s’intensifier dès ce jour", dans les "gares, aéroports et péages routiers", tout en "poursuivant les contrôles de respect des gestes barrières", a communiqué Matignon vendredi 26 mars. Plus de 90.000 policiers et gendarmes seront mobilisés ce week-end, a annoncé le ministre de l'Intérieur.

La police sera plus nombreuse dans les gares, aéroports et péages routiers pour faire respecter les mesures en vigueur, a fait savoir Matignon ce vendredi 26 mars. Alors que 19 départements, dont trois à partir de ce vendredi minuit, sont soumis à un confinement d'un troisième type, les contrôles vont donc "s'intensifier dès ce jour" pour surveiller les allers et venues des Français et poursuivre dans le même temps "les contrôles de respect des gestes barrières". 

Pour rappel, ces départements sont soumis à des mesures plus stricts qu'ailleurs : les déplacements dépassant un rayon de 10 km sont interdits, tout comme les rassemblements de plus de six personnes à l'extérieur.

En outre, "plus de 90.000 policiers et gendarmes seront mobilisés ce week-end pour renforcer les contrôles liés au respect des règles sanitaires", a précisé vendredi après-midi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. En Ile-de-France, 4500 policiers et gendarmes seront mobilisés, a détaillé la préfecture de police plus tard dans un communiqué. 

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

L'exécutif veut durcir le ton

Cette décision a été prise par le ministre de l'Intérieur, mais annoncé par le Premier ministre lui-même. "Une course contre la montre est engagée", souligne Matignon dans un communiqué, alors que la vague épidémique est marquée par "la prédominance du variant britannique", plus contagieux et probablement plus létale selon la communauté scientifique. 

Aujourd'hui en France, le taux d'incidence moyen ne cesse de grimper, faisant état aujourd'hui de 325,4 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur sept jours glissants. "Plus que jamais, nous avons besoin de l'État, quoi que l’on fasse et quoi que l'on en dise", a assuré Jean Castex qui réunissait Gérald Darmanin, les préfets et les directions des Agences régionales de santé (ARS) des 19 départements confinés. 

Lire aussi

Optant pour des mesures territorialisées depuis février, l'exécutif attend de voir si elles ont des effets sur l'épidémie avant de serrer un peu plus la vis. Mais Emmanuel Macron a d'ores et déjà averti que des mesures supplémentaires seraient surement inévitables. "Ces semaines qui viennent seront difficiles, nous prendrons toutes les mesures utiles en temps et en heure et il n'y a à mes yeux aucun tabou", a averti le président jeudi soir, à l'issue d'un Conseil européen en visioconférence. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

EN DIRECT - Deux Israéliennes tuées dans des tirs de roquettes depuis Gaza

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.