Menacés par des anti-vaccins, des soignants et scientifiques demandent à l'État de les protéger

Menacés par des anti-vaccins, des soignants et scientifiques demandent à l'État de les protéger

VIOLENCE - Des professionnels de santé et scientifiques, réunis au sein du collectif #StopMenaces, ont interpellé le gouvernement dans une tribune pour demander le déploiement d'une protection face aux menaces et agressions qu'ils subissent à cause de leurs positions scientifiques.

C'est une nouvelle alerte que les professionnels de santé du collectif #StopMenaces ont partagé. Dans une tribune, publiée dans Le Parisien ce samedi 18 septembre, des professionnels de santé et des scientifiques appellent l'État à assurer la protection des soignants et scientifiques face aux menaces dont ils font l'objet de la part d'individus opposés aux vaccins.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Les flots d’insultes, les tentatives d’intimidation, les menaces souvent extrêmes et explicites, les violations de vie privée se sont déversés sur nous, sans discontinuer, et se poursuivent à un rythme de plus en plus soutenu", alertent les signataires, parmi lesquels on trouve notamment la cheffe du service infectiologie de l'hôpital Saint-Antoine, Karine Lacombe, ou des associations luttant contre la désinformation en ligne, ont dénoncé les agressions et menaces, en ligne, mais aussi dans la réalité, auxquels ils sont confrontés. 

Estimant qu'ils sont des "cibles désignées" du fait de leur prise de parole publique sur les questions scientifiques liées au Covid-19, ces professionnels demandent donc la "mise à disposition d’un garde du corps ou d’une protection policière pour ceux qui le demandent parmi les soignants et scientifiques les plus menacés".

Une escalade de violence contre l'ensemble des profesionnels de santé

Ce n'est pas la première fois que ces professionnels dénoncent ce climat hostile à leur égard. En décembre dernier, des médecins généralistes, dont le docteur Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre (UFML) et également signataire de la tribune de samedi, avaient déjà dénoncé les menaces d'agressions, voire de morts, des anti-vaccins via des lettres anonymes ou sur les réseaux sociaux. 

En août, une liste de professionnels de santé, nommée "la liste des condamnés promis à la guillotine", avait été publiée sur France-Soir, l'ancien site de référence devenu un hébergeur de tribunes complotistes. Ces derniers mois cependant, c'est l'ensemble des professionnels de santé qui ont dénoncé une escalade de violence à leur encontre de la part des opposants à la gestion de l'épidémie et des complotistes. Un pharmacien avait ainsi été violemment pris à partie lors d'une manifestation anti-pass sanitaire à Montpellier.

Lire aussi

Dans la tribune, les scientifiques dénoncent donc également l'inaction des autorités publiques, obligeant certains professionnels à se protéger à leur frais propres, comme c'est le cas pour Jérôme Marty. "Sans action, il s’agit de paroles vaines", assurent-ils, craignant surtout "un passage à l’acte d’une personne radicalisée et/ou déséquilibrée." 

"Toutes les conditions sont réunies pour que quelque chose de grave arrive", veut pour sa part alerter Alexander Samuel, également signataire du texte. Cet enseignant en mathématiques, docteur en biologie moléculaire et auteur de nombreux articles de vulgarisation scientifique souligne notamment le manque d'action du gouvernement par rapport à la désinformation scientifique et médicale. "En attendant, il y a des personnes qui ont peu et qui ont besoin de protection", insiste-t-il auprès de LCI. 

Pour l'instant cependant, le seul recours face à ces menaces est de porter plainte. Le président de l'UFML a d'ailleurs appelé sa profession à ne pas rester silencieuse. "J’invite les médecins à ne jamais rien laisser passer, à porter plainte dès l’instant où ils reçoivent une menace", a-t-il ainsi indiqué. Des plaintes souvent classées sans suite, regrettent de nombreux soignants. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.