Covid-19 : les Français divisés sur le pass sanitaire conditionné à la 3e dose, selon un sondage

Covid-19 : les Français divisés sur le pass sanitaire conditionné à la 3e dose, selon un sondage

PROTOCOLE SANITAIRE - Une enquête Ifop commandée par le JDD révèle que 50% des Français sont favorables à imposer la dose de rappel pour garder le pass sanitaire, quand l’autre moitié est contre. Les plus de 65 ans, concernés par la mesure dès le 15 septembre, sont en revanche majoritairement pour.

La piste faisait son chemin du côté du gouvernement depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macron l’a confirmé lors de son allocution télévisée mardi 9 novembre : il sera désormais obligatoire d’avoir obtenu une dose de rappel pour conserver son pass sanitaire à compter du 15 décembre, mais uniquement pour les personnes de 65 ans et plus pour l’heure. Si elles refusent, leur pass pourra être désactivé. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les prises de rendez-vous ont explosé sur le site Doctolib, a indiqué la plateforme : plus de 100.000 rendez-vous ont été pris en une heure après la prise de parole présidentielle. Le week-end dernier, 59.000 créneaux avaient également réservé en prévision de l’allocution d’Emmanuel Macron, soit près de trois fois plus que le week-end précédent. 

Malgré cette ruée et la saturation du site, les Français restent pourtant partagés sur la conditionnalité du pass sanitaire à une troisième dose pour les plus de 65 ans, comme le révèle un sondage Ifop réalisé pour le Journal du Dimanche : la moitié des sondés y est favorable, l’autre la rejette. 

60% des concernés plébiscitent la mesure

En revanche, du côté des concernés eux-mêmes, la balance penche en faveur de la mesure. Pour 60% des 65 ans et plus interrogés, lier la dose de rappel à la prolongation du pass sanitaire est une bonne décision, alors que seuls 39% des 25-34 ans y sont favorables. 

Le journal note également que les femmes, d’habitude plus réticentes au sujet de la vaccination, valident la mesure pour 47% d’entre elles, une proportion qui monte à 53% du côté des hommes. Cette enquête, réalisée entre le 9 et le 10 novembre, s’appuie sur un échantillon de 1013 personnes. 

Lire aussi

Par ailleurs, les personnes souffrant de comorbidités, pour qui le rappel est déjà accessible, sont encouragées à recevoir leur troisième dose, mais le pass sanitaire ne leur sera pas retiré si elles s’y refusent. La campagne de rappel sera ouverte aussi à la tranche d’âge 50-64 ans dès début décembre, mais sans que cette dose ne soit non plus conditionnée au maintien du pass sanitaire. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.