La tenue de "mariages-test" réclamée par les professionnels du secteur

La tenue de "mariages-test" réclamée par les professionnels du secteur

CÉRÉMONIES - Pour tenter de redémarrer au plus vite leur activité, à l'arrêt depuis plus d'un an, les professionnels du secteur du mariage ont adressé au gouvernement un protocole visant à organiser des "mariages-test", rapporte Le Parisien. Plusieurs lieux seraient déjà volontaires pour les organiser.

L'arrivée du printemps signe généralement l'ouverture de la saison des mariages. Cette année pourtant, les halls des mairies sont encore bien calmes. L'interdiction des rassemblements de plus de six personnes, liée à la pandémie de Covid-19, affecte depuis plus d'un an maintenant le secteur du mariage, qui a vu l'annulation d'environ 4.000 cérémonies en 2020.

Pour tenter de redémarrer au plus vite leur activité, quelque 5.5000 "wedding-planners", traiteurs ou encore DJ, représentés par l'UPSE (union des professionnels solidaires du mariage et de l'événementiel), ont adressé cette semaine aux ministères de la Santé, du Travail et des Finances ainsi qu'à l'ensemble des députés et sénateurs un protocole sanitaire d'une vingtaine de pages visant à l'organisation de "mariages-test", à l'image des "concerts-test". Selon Le Parisien, une réunion sur le sujet devrait se tenir dans les prochains jours entre le ministère de la Santé et les professionnels.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Tous les convives testés 72h avant la cérémonie

D'après le protocole proposé par l'UPSE, que Le Parisien a pu consulter, les mariages-test pourraient réunir une centaine de personnes, chacune ayant obligatoirement passé un test PCR dans les 72 heures avant l'événement. Lors de celui-ci, la distanciation physique serait indiscutable et le port du masque obligatoire, excepté à table, où le repas serait obligatoirement servi.

Le DJ, lui, pourrait avoir pour rôle de rappeler tout au long de la soirée les mesures barrières. "S'il se rend compte que sur la piste de danse, les invités se rapprochent un peu trop, passée une certaine heure, rien n'empêche au DJ d'arrêter la musique pour rappeler les règles", explique au quotidien Melissa Humbert-Ferrand, organisatrice de mariages et porte-parole de l'UPSE.

Alors que différents lieux se seraient déjà déclarés favorables à l'accueil de l'événement, certains élus et députés y semblent plutôt favorable. "Ces derniers temps, on a beaucoup entendu le monde du sport, de la culture, beaucoup moins celui de l'événementiel. Il est désormais nécessaire de mettre sur la table ce type de projets", estime dans les colonnes du Parisien Benjamin Dirx, député (LREM) de Saône-et-Loire. "La ville de Lyon apporte son soutien moral et politique à ce projet", indique de son côté Camille Augey, adjointe (EELV) à l'emploi et l'économie durable à Lyon. "Nous sommes d'ailleurs aussi disposés à organiser un mariage-test civil en mairie", assure l'élu. 

Lire aussi

Selon le bilan démographique 2020 publié mi-janvier par l'Insee, le nombre de mariages célébrés en France a chuté de 34% l'an dernier. "Il n'y a eu presque aucun mariage en avril-mai, et nettement moins que les années précédentes en juin-juillet", souligne l'Institut.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter