La vaccination pourra-t-elle enrayer la progression du variant Delta en France ?

La vaccination pourra-t-elle enrayer la progression du variant Delta en France ?

COVID-19 - Au Royaume-Uni, où le variant Delta du coronavirus menace la levée des dernières restrictions, le nombre de patients hospitalisés reste stable mais la majorité d'entre eux n'ont pas été vaccinés. La protection vaccinale suffira-t-elle à le freiner ?

Outre-Manche, le variant Delta du coronavirus se transmet 40% plus que le variant Alpha (auparavant appelé "britannique")  jusqu'alors dominant et menace la levée des dernières restrictions. Mais malgré une augmentation du nombre de nouveaux cas de Covid-19 ces derniers jours, dépassant les 5000 voire 6000 cas recensés quotidiennement, le nombre de patients hospitalisés reste stable, a indiqué le ministre britannique de la Santé Matt Hancock, tout en précisant que la majorité d'entre eux n'ont pas été vaccinés. 

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Faut-il en déduire que la vaccination parvient à compenser sa progression ? Jusqu'à quand ? Soulignant qu'"avec les deux doses du vaccin, nous obtenons la même protection que sur l'ancien variant", ce dernier a estimé que l'intensification de la vaccination permettra "de couper mais pas de rompre totalement" le lien entre Covid et admissions à l'hôpital. On fait le point sur ces nouvelles données et la situation en Nouvelle-Aquitaine. 

Quelle efficacité vaccinale ?

Le ministre interrogé sur Sky News faisait référence à une étude en laboratoire publiée vendredi dans la revue médicale The Lancet. Plus en détail, on y apprend qu'après une seule dose de vaccin Pfizer contre le Covid-19, on est moins susceptible de produire des anticorps protecteurs face aux variants initialement détectés en Inde et en Afrique du Sud que face à celui initialement repéré en Angleterre. "Bien que ce genre de résultats en laboratoire soient utiles (...), les niveaux d'anticorps ne suffisent pas à eux seuls à déterminer le niveau d'efficacité des vaccins, et des études en population réelle doivent également être menées", nuance toutefois dans un communiqué le Francis Crick Institute de Londres, qui a réalisé ces travaux avec l'Institut national britannique de recherche en santé (NIHR). "Après une seule dose de Pfizer/BioNTech, 79% des personnes avaient une réponse anticorps détectable contre la souche originale, mais cela tombait à 50% pour le variant Alpha, 32% pour le variant Delta et 25% pour le variant Beta", selon le Francis Crick Institute.

Lire aussi

"L'essentiel est de s'assurer que la protection vaccinale reste suffisante pour éviter au maximum de gens d'être hospitalisés. Nos résultats suggèrent que le meilleur moyen d'y arriver est d'administrer rapidement la seconde dose de vaccin", a commenté l'une des chercheuses, Emma Wall, citée dans le communiqué. Par ailleurs, l'étude montre qu'après deux doses du vaccin Pfizer, le niveau d'anticorps protecteurs est moins important en présence du variant Delta que des autres variants. Ces résultats corroborent ceux d'autres études, dont l'une de l'Institut Pasteur en France.

Peut-on comparer la Nouvelle-Aquitaine à l'Outre-Manche ?

Invité sur le plateau de BFMTV ce dimanche le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est voulu rassurant sur la situation française. "Semaine après semaine, nous n'enregistrons pas de diffusion communautaire de ce variant, c’est-à-dire pas d'extension de l'épidémie. En revanche il y a des clusters", a-t-il indiqué, estimant qu'il n'y a "pas d'inquiétude majeure à ce stade" à avoir. Et d'ajouter : "Il n'y a pas du tout la même situation en France qu'en Angleterre. En Angleterre, l'incidence du virus a presque doublé en 2-3 semaines du fait de la forte pénétration du variant indien".

Pour Benoît Elleboode, le directeur de l'ARS Nouvelle-Aquitaine, bien que la situation semble identique dans les Landes, la stratégie vaccinale, elle, est différente entre les deux pays. "Plus de 80 % des plus de 65 ans sont vaccinés" affirme-t-il. "Aujourd'hui, cette stratégie vaccinale en France paye et fait qu'on peut supporter un taux d'incidence plus élevé que d'autres pays, parce que nos personnes fragiles sont protégées et donc on protège nos hôpitaux d'une saturation liée à des formes graves", souligne-t-il auprès de La Dépêche. Le Royaume-Uni a au contraire vacciné sa population sans prioriser les personnes âgées, plus susceptible de développer des formes graves de la maladie et ainsi encombrer les hôpitaux, rappelle-t-il.

Où en est la vaccination en Nouvelle-Aquitaine ?

À titre indicatif au 2 juin, 43,2% des habitants de la région Nouvelle-Aquitaine (2.594.421), ont au moins reçu une dose de vaccin contre le Covid-19 d'après le communiqué de l'ARS régionale. En outre, 1.300.848 ont reçu les deux doses (21,7%). La Nouvelle-Aquitaine est ainsi la deuxième région métropolitaine en termes de couverture vaccinale, juste après la Corse (43,3%). Parmi les personnes qui ont reçu au moins une dose de vaccin : 71,6% ont été vaccinés avec le vaccin Pfizer-BioNTech, 17,9% avec le vaccin AstraZeneca, 9,1% avec le vaccin Moderna et 1,4 % avec le vaccin Janssen.

Malgré ces chiffres, l'ARS appelle les habitants à la plus grande vigilance, particulièrement s'agissant du respect des gestes barrière, au risque de voir une quatrième vague déferler sur la France à l'automne sous l'impulsion du variant indien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Vaccins : l'exécutif lance une "nouvelle campagne massive d'appels" pour inciter les plus vulnérables

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, malgré l'argent en aviron

Covid-19 : le pass sanitaire élargi entrera en vigueur le 9 août

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.