Respect des règles sanitaires : 4000 policiers et gendarmes mobilisés à Paris ce week-end

Respect des règles sanitaires : 4000 policiers et gendarmes mobilisés à Paris ce week-end

GESTES BARRIÈRES - Face à une situation épidémique préoccupante en région parisienne, le confinement n'est encore d'actualité. En revanche, la préfecture de police entend mettre un nouveau coup de pression sur les promeneurs du week-end.

S'ils ont échappé jusqu'ici au confinement, les Franciliens vont être surveillés de près ce week-end. Pour faire respecter les règles sanitaires dans cette région, où une flambée épidémique est redoutée, la préfecture de police a annoncé vendredi un renforcement des contrôles, en particulier à Paris. 

Les 13 et 14 mars, plus de 4.000 policiers et gendarmes seront déployés pour veiller au respect du port du masque, des rassemblements limités à six personnes, du couvre-feu à 18 heures, des interdictions d'alcool dans certains secteurs, de la fermeture des bars et restaurants et du respect des jauges dans les commerces, a précisé la préfecture de police. 

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Vers de nouvelles évacuations ?

La vigilance des forces de l'ordre "s'exercera, notamment sur les regroupements de personnes dans lesquels le respect des gestes barrières ne peut être garanti", et des "actions de préventions" seront menées dans les secteurs trop densément peuplés. "Si les regroupements constatés devenaient massifs [...] des évacuations temporaires d'espaces publics, immédiatement suivies de leur réouverture, seraient mises en œuvre de la même façon que le week-end dernier", prévient la préfecture de police. 

Lire aussi

Samedi dernier, comme la semaine précédente, le préfet de police avait fait évacuer les berges de Seine, jugeant que leur fréquentation ne permettait plus d'assurer le respect des règles sanitaires. L'initiative avait suscité des critiques de la mairie de Paris, Anne Hidalgo se disant "choquée par les images" et regrettant de ne pas avoir été consultée au préalable. "Nous avons discuté avec Madame la maire. J'ai reconnu bien volontiers que l'information à l'exécutif n'était pas suffisante, c'était une défaillance que j'assume", a déclaré par la suite le préfet de police. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Alerte enlèvement : une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

EN DIRECT - États-Unis : Pfizer dit pouvoir livrer 10% de doses de vaccins de plus que prévu d'ici fin mai

Lire et commenter