AstraZeneca : les pompiers des Bouches-du-Rhône suspendent la vaccination de leur personnel

AstraZeneca : les pompiers des Bouches-du-Rhône suspendent la vaccination de leur personnel

VACCINS - Après avoir constaté des effets indésirables sur un membre de son personnel, la direction des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône a stoppé la campagne de vaccination effectuée avec l'AstraZeneca.

Terminé l'AstraZeneca pour les pompiers des Bouches-du-Rhône. Le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) a suspendu la vaccination de ses personnes "par mesure de précaution". En cause : l'hospitalisation de l'un d'entre eux pour une arythmie cardiaque après sa première injection.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Interrogé par La Provence, le colonel Gregory Allione, qui dirige le Sdis, a assuré avoir pris cette décision suite à une vaccination à Arles. Le pompier concerné a subi "une sérieuse réaction d'arythmie cardiaque, 48h après la première injection au AstraZeneca", a précisé le colonel. Et d'ajouter que le sapeur-pompier va, depuis, beaucoup mieux. 

Des vérifications attendues sur le dossier médical du pompier

"C'est la première fois que nous remonte une telle réaction, précise le colonel Allione. Mais je suis responsable de la sécurité et de la santé de mes hommes, c'est pourquoi j'ai décidé de suspendre l'utilisation de ce vaccin en attendant que des vérifications soient faites sur le dossier médical de ce pompier, qui a dû être transporté au centre hospitalier d'Arles, et auprès du centre de pharmacovigilance." Une centaine de pompiers des Bouches-du-Rhône devaient être vaccinée à l'AstraZeneca cette semaine. Leurs rendez-vous ont été annulés.

Lire aussi

Au total, près d'une dizaine de pays ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, après le signalement d'effets secondaires "possibles" mais sans lien avéré à ce stade. Quid de la France ? D'après le dernier bulletin publié vendredi par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), à partir de données s'étalant jusqu'au 4 mars, 454.545 injections d'AstraZeneca ont été réalisées dans le pays. Parmi elles, 3013 "effets indésirables" ont été signalés. Pour la grande majorité, (68%) ils étaient des effets "non graves" quand, au total, 964 cas étaient enregistrés comme "graves". C'est effectivement un peu plus que pour les autres vaccins. Mais la différence est marginale. Ces effets défavorables représentent en effet à ce jour 0,19% du total des injections réalisées avec Pfizer, et 0,12% pour Moderna. Pour AstraZeneca, ce chiffre monte légèrement, à 0,66%.

Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca a indiqué qu'un "examen attentif de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni" avec son vaccin "n'a apporté aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d'âge, de genre, de lot ou de pays particulier".

Écoutez "Les partis pris" de l'émission 24H Pujadas

Découvrez ce podcats sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Chaque jour, 24H Pujadas analyse l’actualité et le monde qui nous entoure. "Les Partis Pris" s’articule autour de plusieurs éditorialistes pour donner chacun dans leurs domaines de prédilections, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - "Matin, midi et soir, tout notre pays est mobilisé pour vacciner", assure Emmanuel Macron

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

EN DIRECT - Mort du Prince Philip : huit jours de deuil au Royaume-Uni

Lire et commenter