Covid-19 : faut-il conditionner le pass sanitaire à une 3e dose ? L'Académie de médecine s'y oppose

Grâce à la vaccination, la France peut espérer un hiver serein. Même si de nombreuses personnes fragiles n'ont pas encore été vaccinées. Alors, y a-t-il de nouvelles mesures pour les convaincre ?

CAMPAGNE VACCINALE - Inclure la troisième dose dans les critères nécessaires pour accéder au pass sanitaire n'est pas pertinent, estime l'Académie de médecine, selon qui le public concerné par cette dose de rappel ne sera pas difficile à convaincre.

Conditionner l'obtention du pass sanitaire à une troisième dose de vaccin anti-Covid ? Alors que l'idée fait son chemin du côté du gouvernement, l'Académie de médecine, elle, lui a opposé une fin de non-recevoir. L'institution s'est dite opposée vendredi 29 octobre à cette possibilité qui "outrepasse" selon elle le rôle de ce document. Cette mesure "transgresse le rôle dévolu au passe sanitaire qui était de limiter le risque de transmission du virus et d'inciter la population à se faire vacciner", a-t-elle estimé dans un communiqué.

"Elle induit quelque incertitude sur l'efficacité de la vaccination et suscite une discrimination injustifiée à l'égard des personnes les plus vulnérables qui ont déjà accepté de recevoir les deux premières doses de vaccin", poursuit le texte

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Priorité aux derniers non-vaccinés

Le rappel - une troisième dose le plus souvent - est aujourd'hui destiné aux personnes les plus âgées ou fragiles, particulièrement à risques de faire une forme grave de Covid. Tout en soulignant le "bien-fondé" de cette dose supplémentaire à cause d'une baisse d'immunité six mois après la deuxième dose, l'instance s'interroge : "Faut-il user de la contrainte vis-à-vis de cette population sensibilisée qui, pour sa grande majorité, consentira spontanément à recevoir le rappel vaccinal ? Les mesures incitatives ne devraient-elles pas cibler en premier lieu toutes les personnes encore non vaccinées, dont 20% des adultes ?"

L'Académie de médecine, dont les avis ne sont pas contraignants, a pour mission de répondre aux questions du gouvernement dans le domaine de la santé, afin de lui donner un éclairage. Elle peut aussi émettre des avis sans avoir été sollicitée au préalable.

Lire aussi

De son côté, le gouvernement attend des recommandations scientifiques avant de trancher sur l'intégration ou non du rappel dans le pass sanitaire. Il a sollicité la Haute autorité de santé (HAS), le comité d'orientation pour la stratégie vaccinale et le conseil scientifique pour avoir leur avis, des retours qui devraient parvenir "dans quelques jours", a indiqué mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran. En tant que soignant, il a lui-même reçu une troisième injection ce jour-là. 

Selon le dernier point épidémiologique de Santé Publique France, presque 17% des plus de 65 ans ont reçu leur dose de rappel en France. Lors d'un point presse mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a martelé à nouveau que cette dose était "indispensable et urgente". "C'est une nécessité absolue pour les plus âgés", a-t-il indiqué, se félicitant de voir que "les prises de rendez-vous s'accélèrent".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Belgique avance ses vacances scolaires d'une semaine, le masque obligatoire dès 6 ans

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.