Fermeture des cantines : la mesure radicale d'un maire pour éviter le brassage des élèves

Fermeture des cantines : la mesure radicale d'un maire pour éviter le brassage des élèves

REPORTAGE - À l'école, de nouvelles mesures sanitaires entrent en vigueur. Pour limiter les contacts, un maire dans le Nord a décidé de fermer les réfectoires.

À Comines, dans le Nord, les autorités ont décidé de trancher dans le vif. Désormais, et pour minimum quinze jours, aucun service de restauration scolaire n’est en service. Un casse-tête pour les parents d’élèves qui doivent s’organiser en conséquence. "On a reçu un mail de la mairie disant qu’à partir d’aujourd’hui il n’y avait pas de cantine. Du coup, on se débrouille. Je travaille à partir de demain, donc aujourd’hui ça va, mais à partir de demain ça va être galère", explique une mère à TF1.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Une décision qui fait suite aux consignes du gouvernement, à savoir éviter un brassage à la cantine, où les élèves enlèvent leurs masques pour manger. Si les parents sont pris par leur travail, les élèves demi-pensionnaires peuvent apporter leur repas et le manger dans la classe, mais sans accès à un micro-ondes, sécurité sanitaire oblige. "Donner des repas froids tous les midis en plein hiver, on essaye de s’adapter un maximum pour éviter de leur infliger ça", déclare un autre parent d’élève.

Impossible d'aménager les deux cantines

Le maire de Comines, Eric Vanstaen, a dû s’organiser en urgence pour mettre en place ces mesures. Selon lui, il était impossible d’aménager les deux restaurants scolaires de la ville, qui accueillent chaque midi plus de 800 élèves : "Il n’y a pas de situation où les enfants ne peuvent pas se croiser. On ne peut mettre de sens de rotation." De plus, près de 14 personnes du personnel de la cantine sont absents, étant tous cas contacts.

Lire aussi

Cette fermeture des cantines à Comines s’explique également par une incapacité logistique de fournir des repas en toute sécurité. "On ne peut pas transporter les aliments froids n’importe comment, les aliments chauds non plus. Il faut aussi des capacités de transport, si on fait ça dans chaque classe, il faut plusieurs véhicules adaptés pour transporter les repas, chose qu’on n’a pas aujourd’hui", poursuit le maire de Comines, qui indique que les bus scolaires amenant les enfants des cinq écoles de la ville vers les cantines représentent un risque de propagation du virus trop important.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : l'avocat Thierry Herzog fait appel

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter