Auto-confinement avant Noël : ce qu'il faut faire (et ne pas faire) pour que ce soit efficace

Auto-confinement avant Noël : ce qu'il faut faire (et ne pas faire) pour que ce soit efficace

CONSEILS - Dans une "note d'éclairage" publiée lundi, le Conseil scientifique encourage ceux qui le souhaitent et le peuvent à s'auto-isoler avant Noël. Mais en plein déconfinement, qu'est-ce que cela implique en pratique ?

À peine achevé ce deuxième confinement qu'il est déjà question... d'auto-confinement. Jean Castex a suggéré mardi que les enfants qui le peuvent n'aillent pas à l'école jeudi et vendredi afin de limiter les risques de contamination à Noël, reprenant ainsi à son compte une des trois stratégies identifiées par le Conseil scientifique dans une note mise à jour ce lundi. Outre la réalisation de tests avant les soirées de réveillon du 24 et 31 décembre et le suivi d'un certain nombre de recommandations pratiques, l'instance recommande en effet aux personnes qui ont prévu de passer les fêtes de fin d’année avec des personnes à risque (anciens ou personnes fragiles) de s'auto-isoler à titre préventif. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Mais qu'est-ce que cela implique très concrètement ? Quels sont les pièges à éviter et les bonnes pratiques à adopter pour un auto-confinement réussi ?  Il se trouve que depuis plusieurs semaines déjà, des épidémiologistes plaident en faveur de cette alternative, en ne la limitant d'ailleurs pas aux seules personnes ayant l'intention de côtoyer des proches vulnérables en cette fin d'année mais à tous ceux qui voudraient prendre le maximum de précautions en cette période particulière.

D'abord, s'auto-isoler en temps et en heure

Ainsi, à la veille des vacances de la Toussaint, et alors que se posait pour certains la question d'envoyer ou non ses enfants chez leurs grands-parents aux prémices du rebond épidémique, le virologue Yves Gaudin recommandait d'observer dans la mesure du possible "une mini-quarantaine". En pratique, détaillait-il à l'époque, "cela veut dire que pendant cinq, six, sept jours avant les retrouvailles, ce serait vraiment l'idéal, les enfants limiteraient leurs contacts avec l'extérieur". Ce délai est toujours d'actualité, comme nous le confirme Philippe Amouyel, épidémiologiste et professeur de santé publique au CHU de Lille. "L'idée, c'est vraiment de pouvoir s'isoler six à sept jours préventivement pour passer de meilleures fêtes car s'il s'avère qu'on est positif, le pic de contagion sera normalement atteint pendant cette période", souligne-t-il, ajoutant que "grosso modo il faut donc commencer ce jeudi"

Et d'insister : "Il ne servirait pas à grand-chose d'entamer un isolement deux ou trois jours avant le réveillon".

Puis, diminuer voire annihiler ses relations sociales

"Chez les adultes, il s’agit de restreindre au maximum ses contacts une semaine avant le 24 ou le 31 décembre", détaille la note d'éclairage du Conseil scientifique. En pratique, "ces derniers doivent être encouragés, s’ils le peuvent, à prendre des congés pendant cette période, à défaut, le télétravail est à privilégier". Pour rappel, une tolérance sera laissée aux familles qui le peuvent et qui le souhaitent d’élargir de deux jours la période des vacances scolaires, en les faisant débuter ce jeudi, afin que l’auto-confinement soit également possible pour les enfants. 

"Ce n'est pas l'école en elle-même qui pose problème, mais avant tout ce qui se passe autour et qui est propice au brassage et aux transmissions, à savoir quand on accompagne et va récupérer son enfant, qu'on attend, qu'on discute", considère Philippe Amouyel. "En fait le grand principe, c'est de rencontrer d'ici le 24 décembre le moins de personnes au-delà de la sphère intime c’est-à-dire, conjoint et enfants", résume le spécialiste de santé publique. Voire pas du tout, "idéalement".

... jusqu'à éviter de faire ses courses ?

Concernant le cas particulier des achats, de première ou seconde nécessité, traditionnels et presque inévitables à l'approche de cette période de fêtes, l'épidémiologiste invite à les anticiper au maximum si l'on a l'intention de s'auto-confiner. "Ce qu'il faut à tout prix, c'est éviter les heures d'affluence sinon cela n'a plus de sens", amorce-t-il. Or, "si l'on termine le télétravail vers 18h et que le couvre-feu entre à 20h, on est en plein dedans".  En conclusion, si l'on n'a pas la possibilité de privilégier les "heures de creux à moindre affluence", mieux vaut renoncer à sortir faire ses courses et privilégier d'autres alternatives comme les "retraits drive" ou les livraisons à domicile qui ont rencontré un engouement particulier pendant le premier confinement, selon lui. 

Cette question relative aux sorties pour effectuer des achats est primordiale pour ce partisan du dépistage massif dont l'isolement est le corollaire. "Si l'on respecte la logique de l'isolement, on ne devait pas aller faire ses courses après avoir été testé positif", martèle-t-il régulièrement, préconisant le cas échéant des partenariats avec des réseaux locaux solidaires pour éviter que les personnes seules n'aient à sortir. De leur côté, les personnes dépistées négatives sont, elles, incitées à rester vigilantes jusqu'au jour J et donc à éviter elles aussi les lieux de brassage.

Lire aussi

Toujours dans l'optique "d'éviter de rencontrer le virus", l'expert ajoute qu'il serait contre-productif de rencontrer des amis ou de la famille pendant cette période d'auto-confinement. "On ne va pas boire un pot chez les voisins", ironise-t-il, concluant que les bonnes pratiques à adopter sont les mêmes que celles préconisées au printemps dernier ou celles actuellement recommandées aux personnes testées positives et censées observer une période d'isolement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

Colombie : Otoniel, le plus grand trafiquant de drogue du pays, capturé dans la jungle

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.