Covid-19 : les caméras de vidéo-surveillance utilisées à Nice pour faire respecter le confinement

Covid-19 : les caméras de vidéo-surveillance utilisées à Nice pour faire respecter le confinement

PATROUILLES - Alors que Nice s'apprête à revivre en confinement ce week-end, 56 personnes ont déjà été verbalisées pour non-respect des restrictions sanitaires. Outre les patrouilles des forces de l'ordre, les caméras de la ville sont également utilisée pour surveiller les citoyens.

3419 caméras de surveillance contrôlent la ville de Nice. Utilisées 24 heures sur 24, elles seront fortement mises à contribution ce week-end pour vérifier si le confinement est respecté. C'est la police municipale qui gère ces petits boîtiers dans une salle de contrôle où les agents peuvent zoomer et positionner les caméras comme bon leur semble. 

Toute l'info sur

Le WE

Trop de relâchement

La vidéosurveillance sert d'abord en période de pandémie à livrer un constat : depuis trois semaines, il y a trop de relâchement. "Un relâchement en matière de gestes barrière, de non-port du masque et de non-respect du couvre-feu. Je pense que nos concitoyens sont un peu usés par cette crise sanitaire, ce qui fait que tout le monde en a un petit peu marre", setime Richard Gianotti, le directeur de la police municipale. 

Pour agir, la police bénéficie d'un logiciel jusqu'alors jamais montré à la télévision et qui recense toutes les infractions liées au Covid-19 depuis mars 2020. 17.000 procès-verbaux sont cartographiés, rue par rue. Là où il y a le plus de points rouges, les caméras et les policiers vont redoubler de vigilance.

Lire aussi

Dès ce vendredi soir, si des infractions sont commises, les agents de surveillance vont intervenir directement auprès de la caméra si elle est reliée à un haut-parleur. "Si nous identifions  un regroupement de dix personnes, les agents sont en capacité d'intervenir directement auprès de cette caméra, et de demander à ces personnes de rentrer chez elles parce que le confinement a débuté", explique Anthony Borré, le premier adjoint au maire de Nice, délégué à la sécurité. 

Il y a aussi des messages préventifs qui peuvent surgir de n'importe où : "Pour votre santé et celle de vos proches, limiter les déplacements et rester confiné", peut-on par exemple entendre. Mais comme la technologie ne peut pas tout, il y a également des patrouilles mobiles qui vont se poursuivre tout le week-end, y compris pour contrôler les attestations. Et si on ne respecte pas les règles, c'est 135 euros d'amende. La préfecture demande aux forces de l'ordre de la fermeté pendant tout le week-end.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... les dates à connaître pour les prochaines semaines

"On sera à 600 morts par jour d'ici quelques semaines" : le cri d'alerte du Pr Jean-François Timsit

Rentrée scolaire, frontières, vaccination... de quoi parlera Jean Castex ce jeudi ?

EN DIRECT - Covid-19 : le prêt garanti par l'État accessible jusqu'à fin 2021, annonce Le Maire

INFO TF1/LCI - Rentrée scolaire : ce que prévoit le protocole sanitaire à partir de lundi

Lire et commenter