Covid-19 : malgré les variants, l'Éducation nationale allège le protocole dans les écoles

Covid-19 : malgré les variants, l'Éducation nationale allège le protocole dans les écoles

SCOLARITÉ - Alors que les fermetures de classes ont considérablement augmenté la semaine dernière, le gouvernement a décidé d'alléger le protocole sanitaire dans les écoles. Il faudra désormais trois cas de variant anglais pour fermer une classe, contre un auparavant. Au grand regret des syndicats.

De nouvelles règles en milieu scolaire. Un nouveau protocole sanitaire concernant les écoles de la maternelle au lycée a été récemment publié par le ministère de l'Éducation nationale, modifiant notamment les règles qui imposent une fermeture de classe en cas de contamination par le variant britannique du Covid-19. Jusqu'ici, le protocole sanitaire stipulait que le dépistage positif d'un seul élève de maternelle suffisait pour entraîner la fermeture de sa classe. Et dans le primaire et le secondaire, si un cas de variant anglais était confirmé parmi les enseignants ou les élèves, la classe concernée devait fermer.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Désormais, il faudra trois cas positifs au variant anglais pour entraîner la fermeture d'une classe et les personnels de l’éducation ne sont plus systématiquement considérés comme cas contact, en présence d’élèves positifs. "La conduite à tenir autour d'un cas confirmé de la variante britannique est la même que pour le cas général", peut-on lire sur le site du ministère. La fermeture de la classe pourra "être envisagée" après "analyse locale concernant la circulation de cette variante sur le territoire", mais elle n'est plus systématique.

Un allègement "incompréhensible" pour les syndicats

Le ministère, contacté par l'AFP, explique que "fermer plus massivement rendrait le contact tracing et les tests plus difficiles. Au lieu de tester tout un établissement, il faudrait retrouver chaque élève chez lui, où les gestes barrières sont bien différents (pas de masque chez soi, etc.)". Par ailleurs, le ministère souligne que "dès qu’un élève est cas contact d’une personne de son foyer positive au variant brésilien ou sud-africain, la classe est fermée".

Lire aussi

Mais ces nouvelles règles ne sont pas du goût de tous les syndicats. Pour le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, "ce nouveau protocole assimile désormais le variant anglais au cas général du Covid, reprenant la règle de trois cas confirmés pour fermer une classe, c'est incompréhensible", tempête-t-il dans un communiqué, pointant "un assouplissement en catimini". "Avec les nouvelles règles édictées, le nombre de fermetures de classes va mécaniquement baisser, confortant ainsi la communication du ministre sur le peu de contaminations en milieu scolaire, au mépris de la santé des personnels, des élèves et des familles", regrette le syndicat.

Selon des chiffres officiels publiés vendredi par le ministère, 1599 classes et 103 établissements scolaires étaient fermés en raison de cas de Covid-19 - sachant qu'une zone était déjà en vacances - contre 934 classes et 105 établissements une semaine plus tôt. Le Snes-FSU, le premier syndicat du secondaire, a dit dans un autre communiqué "exiger des règles plus protectrices". Un point sanitaire entre le ministère et les organisations syndicales doit se tenir ce mardi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

" J'ai 30.000 euros de dettes" : ces travailleurs ruinés par la crise du Covid

Lire et commenter