Covid-19 : Mayotte se reconfine pour trois semaines minimum

Covid-19 : Mayotte se reconfine pour trois semaines minimum

ETAT D'ALERTE - Pour faire face à la progression de l'épidémie de Covid-19 et à l'apparition des variants britannique et sud-africain, Mayotte se reconfine pour au moins trois semaines, à compter de ce vendredi 18h (heure locale), a annoncé jeudi 4 février le ministère des Outre-mer.

"Après avoir fait part de nos inquiétudes au gouvernement, j'ai été autorisé à placer Mayotte en confinement général à partir de vendredi 18h (heure locale)". L'air grave, le préfet Jean-François Colombet l'annonce ce jeudi soir : face à la progression inquiétante de l'épidémie, l'archipel de l'Océan Indien se remet sous cloche pour une durée d'au moins trois semaines. 

"Cela veut dire que nous retrouvons les contraintes que l'on a connues il y a un an, avec un recours massif au télétravail, la fermeture des guichets des services publics, ainsi que des écoles, collèges et lycées. Même chose pour les commerces non-essentiels et les bars et restaurants", a-t-il détaillé sur la chaîne locale, Mayotte la 1ère.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

"Avant d'arriver à cette décision de reconfinement généralisé, on a tout tenté",  a tenu à souligner le préfet. "Depuis le 1er février, trois communes (Bouéni, Pamandzi et Dzaoudzi Labattoir) étaient confinées du fait de l'observation de taux d'incidence particulièrement élevés. Un couvre-feu à 18h était également en vigueur". Le préfet avait par ailleurs déjà annoncé la fermeture pour au moins deux semaines des marchés ainsi que des lieux de culte.

Il a en revanche précisé que, contrairement au premier confinement, les liaisons aériennes avec La Réunion seront cette fois maintenues. Les voyageurs devront toutefois avoir un motif impérieux pour se déplacer. 

Lire aussi

Un taux de positivité de 17%

Pour justifier cette décision, un peu plus tôt dans la journée, l'Agence régionale de Santé avait communiqué les derniers chiffres, et ils sont mauvais, avec 1.232 cas en une semaine, et une très forte augmentation des hospitalisations ces derniers jours : "77 patients sont actuellement hospitalisés et 11 patients sont en réanimation", selon un communiqué du ministère des Outre-mer. Mais surtout, le taux d'incidence s'est envolé. Ainsi, du 3 janvier au 3 février, il est passé de 50 à 415 pour 100.000 habitants avec un taux de positivité de 17%. 

Et ce qui inquiète particulièrement les autorités, c'est la présence de deux variants sur le territoire : le 29 janvier, l'ARS confirmait au moins 78 cas du variant sud-africain, et un cas de variant britannique. Résultat, "le virus se diffuse partout, pas une seule commune n'est épargnée, et il touche des gens plus jeunes avec des formes graves chez les gens jeunes. On a même eu des décès chez des personnes qui avaient à peine 25 ans", a alerté Dominique Voynet, la directrice de l'ARS sur Mayotte la 1ère. 

Afin de soutenir l'économie à Mayotte, l'ensemble des mesures d'urgence économique déjà en vigueur seront prolongées, précise par ailleurs le ministère.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - 100.000 morts du Covid : "Nous n’oublierons aucun visage, aucun nom", promet Emmanuel Macron

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Lire et commenter