Covid-19 : où en est la circulation des variants en France ?

Covid-19 : où en est la circulation des variants en France ?

ÉTAT DES LIEUX - Le variant anglais demeure très majoritaire en France, au-dessus des variants sud-africain et brésilien, mais ces deux souches progressent vite dans certaines régions. L'Ile-de-France, notamment, où la hausse est surveillée de près.

Si les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 s'améliorent en France, les experts sanitaires restent prudents avant les prochaines étapes du déconfinement, jugées à risque. En cause : la circulation toujours active et jugée préoccupante de certains variants.

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

"La menace des variants reste réelle", s'était inquiété Gabriel Attal, mercredi, à la sortie du Conseil des ministres. Ce jeudi, le dernier bulletin épidémiologique de Santé publique France est venu préciser dans quelles proportions. 

La variant britannique toujours très majoritaire

Dans son point hebdomadaire, l'agence indique notamment que le variant anglais, plus contagieux que les souches initiales du coronavirus, demeure très majoritaire (80% de suspicion parmi les tests positifs criblés), au-dessus des variants sud-africain et brésilien (5,5%). Dans le détail, le bulletin précise que la proportion de suspicions des mutants venus d'Afrique du Sud (V2) et du Brésil (V3) augmente de 0,5% par rapport à la semaine précédente, mais comporte "des hétérogénéités départementales". En Ile-de-France où elle est surveillée de près, la hausse atteint notamment 11% tandis que la situation semble en revanche stagner dans le Grand Est.

S'agissant du variant circulant en Inde, 26 cas au total  ont été détectés jusqu'à présent dans "11 épisodes" d'infection, "mais les mesures précoces d'identification et d'isolement des cas et de leurs contacts ont permis de limiter le risque de diffusion" précise l'agence sanitaire.

Mise en garde du Conseil scientifique

La situation est à ce point préoccupante qu'elle a encouragé vendredi un appel à la vigilance du Conseil scientifique qui s'est "auto-saisi" pour rédiger un nouvel avis. Titré "Printemps 2021 : pour une réouverture prudente et maitrisée avec des objectifs sanitaires", le document a été transmis au gouvernement jeudi soir et mis en ligne vendredi. Le conseil y s'inquiète en particulier du "décalage entre les conditions d'ouverture envisagées et le niveau de vaccination de la population qui sera atteint" et prévoit une "période difficile (...) entre début mai et fin juin, alors que se poursuivra la course de vitesse entre variants et vaccination".

Lire aussi

La réouverture progressive des activités sociales annoncée par le gouvernement "doit être conduite de manière prudente et maitrisée" si on veut éviter une "possible quatrième vague" de l'épidémie de Covid-19, met ainsi en garde le Conseil scientifique. Dans la mesure, insiste l'instance, où cette réouverture "intervient dans une situation sanitaire évolutive avec une baisse récente de l’incidence mais aussi une augmentation du pourcentage de variants non-UK dans certains territoires (18,6% de 484 cas positifs en criblage en Ile-de-France)."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : fin de l'alerte dans les 9 derniers départements concernés

EN DIRECT - Retrait de Félizia en Paca : Muselier salue la "décision républicaine" de l'écologiste

EN DIRECT - Covid-19 : 10.386 personnes hospitalisées, dont 1655 en soins intensifs

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

Cris de singe, chants et banderole homophobes : la face sombre de la Puskas Arena

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.