Covid-19 : plus d'un étudiant sur deux reconnaît avoir des problèmes de sommeil

D'insomnie en insomnie, les Français n'ont jamais aussi mal dormi. Nuits blanches, idées noires... Avant le confinement, la moitié d'entre eux déclaraient avoir des problèmes de sommeil. Et ils s'épuisent à force de mal dormir.

À BOUT - Le sommeil des étudiants s'est détérioré depuis le début de la crise du Covid-19, selon un sondage réalisé par Opinonway, à l’occasion de la journée internationale du sommeil.

Nuits agitées, insomnies ou encore difficultés d'endormissement, avec la crise du coronavirus et les confinements à répétition, le sommeil des étudiants est mis à rudes épreuves. Selon un sondage réalisé par OpinionWay pour la mutuelle Heyme*, à l'occasion de la Journée internationale du sommeil, 55% des jeunes interrogés déclarent rencontrer des problèmes de sommeil. Un chiffre qui grimpe parmi les étudiants isolés qui sont 70% à révéler les mêmes troubles.

Stress et incertitudes face à l'avenir

En cause, le stress, pour 38% d'entre eux, et les incertitudes face à l'avenir. Autre élément perturbateur à prendre en compte : les smartphones, dont les étudiants ont bien conscience qu’ils perturbent leur sommeil. Ainsi, 62% d’entre eux estiment que la

consommation des écrans a bien un impact négatif sur la qualité de ce dernier. Non seulement le temps passé sur le téléphone empiète sur celui de l’endormissement, mais en plus, la lumière bleue produite par ces appareils perturbe les rythmes biologiques, et donc le sommeil. 

"Le sommeil est un état dans lequel nous passons environ un tiers de notre vie et il a une influence directe sur notre qualité de vie et sur le maintien de certaines fonctions essentielles aux étudiants telles que l'apprentissage et la mémorisation. Il est donc primordial que les étudiants retrouvent une bonne qualité de sommeil. Il peut être favorisé par quelques astuces au quotidien, comme la pratique d'un sport, le fait de se coucher dès les premiers signes de fatigue, ou encore choisir d'éloigner les écrans le soir bien avant de s'endormir...", avance Pierre Faivre, le porte-parole d'Heyme.

Lire aussi

*Enquête HEYME et OpinionWay réalisée sur un échantillon de 1005 étudiants de 16 ans et plus, représentatifs de cette population en termes de sexe, âge et régions françaises. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter