Vaccination pendant l'été : plus de doses pour les lieux de vacances ? Des maires dans l'expectative

Vaccination pendant l'été : plus de doses pour les lieux de vacances ? Des maires dans l'expectative

PERSPECTIVE - Les conditions d'organisation de la vaccination contre le Covid-19 durant l'été étaient au menu du conseil de défense ce mercredi. Et pour cause : des maires de lieux de villégiature affichent leur inquiétude. Invité du 20H de TF1, le ministre Olivier Véran doit préciser quel sera le dispositif.

Comment adapter la vaccination à la saison estivale qui s'en vient ? Casse-tête du moment pour le gouvernement, la question figurait au menu du nouveau conseil de défense sanitaire ce mercredi et Olivier Véran devrait apporter les premières réponses à ce sujet dans le journal de 20H de TF1, alors que les vacances scolaires débuteront le 6 juillet prochain. 

Si l'objectif premier est d'éviter de créer un afflux en zone touristique, à un moment où les professionnels de santé seront eux-aussi en congés, certains élus ne cachent pas leur inquiétude quand d'autres préfèrent anticiper. 

Toute l'info sur

Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Déconfinement, vaccination... suivez les dernières actualités sur le Covid

Un risque de saturation ?

"Je nous souhaite qu'à la fin juin, notre vaccination soit très élevée, pour justement accueillir des populations autres sur juillet août et septembre", a notamment expliqué Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle (Charente-Maritime) à Franceinfo.

Mais son homologue et voisin, Patrick Marengo, a pour sa part émis des craintes quant à une potentielle saturation à Royan avec l’arrivée des estivants. "La population de l’agglomération royannaise va bientôt être multipliée par trois ou par quatre avec l’arrivée des vacanciers", a-t-il souligné auprès de Sud-Ouest. 

"Le centre de vaccination de l’Espace Cordouan ne pourra pas absorber tout le monde. Je crains une grosse pression." Face à ces réserves, l'élu juge nécessaire d'alerter l’Agence régionale de santé (ARS) sur les risques de saturation. "Il va falloir des doses supplémentaires de vaccins et prévoir, peut-être, l’ouverture d’un second centre de vaccination sous peine d’être vite dépassé", anticipe-t-il. 

Le président de la Communauté d’agglomération Royan Atlantique Vincent Barraud abonde. Si le centre fonctionne à plein avec environ mille vaccinations par jour, "ce sera compliqué de prendre en charge, en plus de notre population, la population estivale". Outre cette "inconnue", l'élu évoque un risque de manquer de professionnels de santé à une période où ces derniers seront eux-mêmes pour beaucoup en congés. "Aujourd’hui, on tourne par exemple avec 90 infirmiers. La question étant de savoir si on peut monter le curseur", illustre-t-il.

Lire aussi

Derrière ces questions d'ordre logistique, l'enjeu est de taille : tenir la cadence. "La campagne de vaccination va-t-elle continuer de marcher aussi bien ?", s'interrogeait il y a encore quelques jours sur l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelant les Français à poursuivre "leurs efforts" face, entre autres, à cette incertitude.

Ce qui se profile

Afin de ne pas ralentir la campagne de vaccination, le gouvernement a déjà évoqué différentes options et un plan d’action doit être présenté prochainement avec, en question centrale, la flexibilité entre l’injection des doses. Le ministère de la Santé a d'ores et déjà averti que pour la seconde dose, la règle générale est de la recevoir sur le même lieu que la première, "pour la simple raison qu'il est extrêmement compliqué d'anticiper les flux de population" durant les vacances. 

Mais pour éviter que cette rigidité ne rebute certains Français, l'exécutif ajoute réfléchir à une "flexibilisation de l'intervalle entre deux doses", afin de jouer sur cette souplesse pour faciliter l'organisation de la période estivale. Pour rappel, jusqu'alors, l'espacement entre les deux doses de Pfizer et Moderna, est fixé à 42 jours.

Lire aussi

Compte tenu de cette "souplesse" annoncée, le gouvernement s’est dit favorable au fait d’envoyer "des flacons supplémentaires dans les lieux touristiques". Les ARS ont d’ailleurs été invitées à "réfléchir au meilleur moyen d’anticiper" les mouvements de population en "mobilisant ses équipes et en organisant de nouvelles formes d’accès à la vaccination". 

Dans les sites de vaccination situés dans des lieux moins touristiques, des "plans de continuité d’activité" vont être développés pour garantir le maintien du rythme actuel, avec le remplacement des professionnels de santé, partis en vacances. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

VIDÉO - Les terribles images de l'effondrement d'un immeuble en Floride

"Mon père devrait être en prison" : l’audition de Britney Spears en 5 déclarations chocs

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.