Quatrième vague : où en est la vaccination chez les adolescents ?

Quatrième vague : où en est la vaccination chez les adolescents ?

POINT D'ÉTAPE - Cela fait près de deux mois qu'Emmanuel Macron a annoncé l'ouverture de la vaccination aux adolescents. Après Pfizer, le vaccin Moderna vient d'être validé pour cette tranche d'âge. Qu'en est-il de la couverture vaccinale des 12-17 ans, au cœur des enjeux de cette 4e vague ?

La Haute autorité de santé (HAS) a donné mercredi son feu vert à l'utilisation du vaccin Moderna pour les 12-17 ans, qui devient ainsi le deuxième vaccin, après le Pfizer, à pouvoir être administré dans cette tranche d'âge. L'autorisation européenne était, elle, intervenue le 24 juillet.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Pour rappel, Emmanuel Macron avait annoncé l'ouverture de la vaccination aux adolescents le 2 juin, peu après un feu vert de l'Agence européenne du médicament (AEM) à l'utilisation du vaccin Pfizer à partir de 12 ans, contre 16 ans auparavant. Mais où en est depuis la vaccination pour la tranche d'âge concernée ? 

Une accélération remarquable mi-juillet

Au 25 juillet, 31,8% des 12-17 ans ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid depuis l’ouverture de la campagne à cette tranche d’âge le 15 juin, soit 43 jours, et 11,6% sont complètement vaccinés selon les chiffres de Santé publique France. Il faut noter que la couverture vaccinale dans cette tranche d'âge a connu une accélération notable dans la foulée de l'allocution d’Emmanuel Macron le 12 juillet dernier. À titre de repère, à cette date, 22% des mineurs de 12 à 17 ans avaient reçu au moins une dose de vaccin. Cette proportion a donc augmenté de 10 points au cours des deux semaines qui ont suivi l'allocution. 

Cette tendance devrait se poursuivre grâce à l'adoption du projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire par le Parlement dans la nuit de dimanche à lundi, venu faciliter la vaccination des ados en mettant fin à la triple autorisation nécessaire - l'enfant et les deux parents. "Sauf contre-indication médicale reconnue, seul le consentement de l'un ou l'autre des titulaires de l'autorité parentale est requis pour l'injection du vaccin", prévoit ainsi l'article 1er. Aussi, dès l'entrée en vigueur de cette nouveauté au lendemain de la promulgation de la loi, prévue autour du 9 août, les jeunes de 12 à 16 ans pourront se rendre d'eux-mêmes en centre de vaccination ou en pharmacie avec l'autorisation d'un seul de leurs parents contre les deux auparavant. Et leurs aînés de 16-17 ans pourront, eux, s'affranchir totalement de l'autorisation parentale. 

Lire aussi

Pour rappel, l'élargissement du pass sanitaire, voté par le Parlement dans la nuit de dimanche à lundi, ne concernera les adolescents qu'à partir du 30 septembre, contre le 9 août pour les majeurs.

Concernant les jeunes plus largement, plus de 60 % des 18-24 ans ont reçu au moins une dose de vaccin à ce jour. Le taux de vaccination des personnes de 25 à 29 ans et des 30-39 ans est du même ordre. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Macron s'est entretenu avec Biden, l'ambassadeur français de retour à Washington la semaine prochaine

EN DIRECT - Covid-19 : Washington veut 70% de vaccinés dans chaque pays d'ici un an

Quatre piétons fauchés par une automobiliste sur les Champs-Élysées, trois en urgence absolue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.