Sur la côte du Calvados, le pass sanitaire s’applique déjà au restaurant

Sur la côte du Calvados, le pass sanitaire s’applique déjà au restaurant

COVID - Tout comme la Haute-Corse, le département du Calvados a lancé dès ce week-end l’expérimentation du pass sanitaire à titre "volontaire" dans les restaurants de plusieurs communes. Une décision encouragée par la hausse de l’incidence sur la Côte Fleurie, nous indique le préfet.

Samedi 24 juillet, les résidents et visiteurs de plusieurs communes du littoral du Calvados ont eu la surprise de devoir présenter leur pass sanitaire à l’entrée des cafés et restaurants. Une mesure lancée à titre "expérimental" et "volontaire", indique la préfecture, alors que la loi étendant le pass sanitaire n’est pas encore promulguée. Cette mesure concerne l’ensemble des communes de la Côte Fleurie, allant de Cabourg à Honfleur.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Pour faire face à cette situation préoccupante, il a été décidé d’anticiper l’extension du passe sanitaire aux bars et restaurants de la Communauté de communes, sous la forme d’une expérimentation volontaire. L’objectif est ainsi, sans recourir à des mesures de gestion plus contraignantes pour l’instant, de freiner la progression du virus tout en permettant aux personnes dont le schéma vaccinal est complet ou ayant fait l’objet d’un examen de dépistage négatif de moins de 48 h de continuer d’accéder aux bars et restaurants", selon le communiqué publié le jour même. Une mesure qui ne se fonde sur aucun arrêté, mais qui se justifierait par le "consensus" trouvé entre autorités locales et professionnels de la restauration et de l’hôtellerie.

Un échauffement avant le jour J

Si la préfecture a tenu à ce que l’expérimentation débute le dimanche 25 juillet, en réalité, des restaurateurs demandaient le pass sanitaire à l’entrée de leur établissement dès le samedi. C’est le cas du Central, une célèbre brasserie de Trouville, qui a opéré un contrôle systématique du document à compter du service de midi. "C’est surtout pour nous échauffer pour le 1er août, pour nous mettre dans le bain", atteste un responsable du restaurant. "C’est aussi histoire d’habituer la clientèle, mais ça n’a rien d’obligatoire pour l’instant." Aucune réticence n’a été constatée de la part de la clientèle malgré la rapidité de la mesure. Au contraire, assure le responsable : "On est même étonnés que ça se passe si bien".

"Avant même que je propose cette expérimentation, on nous avait demandé de tester le pass sanitaire à plusieurs endroits", nous précise le préfet Philippe Court, se réjouissant des bons rapports entretenus avec les professionnels de la restauration, interrogés sur la question. "Vendredi soir, des restaurateurs l’avaient déjà mis en place depuis quelques jours." Avec la Haute-Corse, le département est le seul à tenter l’expérience une dizaine de jours avant le lancement national du pass dans les restaurants et les bars. 

Une incidence qui augmente sur la côte

Une mesure indispensable au regard des indicateurs, juge le préfet : "La particularité ici est que nous avons des situations très hétérogènes et contrastées avec des incidences modérées dans les terres et à la hausse sur la côte. Là-bas, nous avons assisté à une hausse exponentielle de l’incidence, passée de 320 à 807" cas pour 100.000 habitants la semaine dernière. À l’échelle du département, le taux d’incidence était évalué au 17 juillet à 123,2 pour 100.000 habitants, une augmentation de 132,2% en six jours, selon l’Agence régionale de Santé (ARS) Normandie.

Lire aussi

"On l’a aussi fait ici parce que l’on vaccine beaucoup dans le Calvados", souligne Philippe Court. "Et la grande différence aujourd’hui, c’est que l’on peut avancer grâce à deux piliers - la vaccination et le pass sanitaire - qui nous permettent de retrouver notre liberté et nos fonctions sociales et économiques." Par ce biais, le préfet espère sauver la saison touristique dans la région, très prisée des étrangers. Une campagne de vaccination est aussi spécifiquement dédiée aux saisonniers et professionnels du tourisme. Elle vise 3000 personnes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 36.000 faux pass sanitaires présumés dans le viseur de l'Assurance maladie

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Eric Zemmour poursuit "Paris Match" après la publication de photos avec sa conseillère

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.