Arrêt de travail pour Covid en un clic : attention aux conditions

Arrêt de travail pour Covid en un clic : attention aux conditions

ÉPIDÉMIE - Toute personne faisant état de symptômes ou étant cas contact peut désormais obtenir un arrêt de travail directement en ligne, sans avoir besoin de se rendre chez son médecin. L'Assurance maladie procédera ensuite à un suivi des malades pendant les sept jours.

A compte du 10 janvier toute personne ayant des symptômes ou étant cas contact pourra s'inscrire sur le site de l'Assurance maladie afin d'obtenir un arrêt de travail "immédiat" indemnisé et sans jour de carence. L'objectif de ce dispositif est de "gagner en efficacité" face au Covid-19, a souligné le chef du gouvernement, lors du conférence de presse. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Concrètement, plus besoin de se rendre chez son médecin. Une fois déclaré en ligne via le site Ameli, le malade sera accompagné tout au long de sa convalescence, d'une durée de sept jours.  Les salariés concernés doivent donc se déclarer eux-mêmes en ligne, sur declare.ameli.fr (ou declare.msa.fr pour les travailleurs agricoles). Ils  pourront alors télécharger un justificatif à envoyer à leur employeur.

Lire aussi

La mise en place de ce dispositif vise notamment à éviter l'engorgement des cabinets de médecins, qui font face ces derniers jours à une hausse des demandes de rendez-vous de la part de malades du Covid-19. Il permet, en outre, un isolement plus rapide des personnes qui pourraient être porteurs du virus. 

Contrôle de l'assurance maladie et test obligatoire

Après l'annonce de la mise en place de cette mesure, la Confédération des petites et moyennes entreprises a dit craindre "un absentéisme incontrôlé" mais Matignon et l'Assurance maladie se sont voulus rassurants, promettant des contrôles et arguant qu'un test serait obligatoire. L'Assurance maladie procédera à un suivi systématique "avec deux à trois appels téléphoniques" au cours de la période. À partir du 20 janvier, une visite à domicile par un infirmier sera également proposée à la personne qui s'est auto-déclarée positive.

Par ailleurs, toute personne présentant des symptômes ou étant cas contact aura l'obligation, pour prolonger son arrêt de travail immédiat, de faire un test dans les deux jours.  En cas de test positif, l'arrêt maladie se poursuivra et en cas de test  négatif, il sera immédiatement interrompu.

Par ailleurs, la mesure ne concerne que les personnes qui ne peuvent télétravailler.  Attention, "les médecins ne devront plus établir d'arrêt de travail pour ces patients, au risque sinon que ces derniers ne se voient appliquer un délai de carence", a précisé l'Assurance maladie.

Quant aux personnes "cas contact", identifiées comme telles dans le cadre  du "contact tracing" de l'Assurance Maladie, elles doivent continuer à utiliser le téléservice déjà en place pour cette situation (https://declare.ameli.fr/cas-contact/conditions). Si leur test est positif et qu'elles ne peuvent pas télétravailler, "elles entreront dans le nouveau dispositif" et "bénéficieront, à compter du lendemain de la date d'obtention du résultat du test", d'un arrêt maladie sans délai de carence, a précisé la "Sécu".  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : AstraZeneca prévient que ses livraisons ne pourront pas être aussi importantes que prévu

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

Covid-19 : le variant britannique pourrait être plus mortel, prévient Boris Johnson

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

Lire et commenter