Moselle : malgré l'essor du variant sud-africain, pas de fermeture d'école ni de confinement

Les autorités ont choisi de temporiser face à la progression inquiétante des variants du coronavirus en Moselle. Les mesures de lutte déjà mises en place sont jugées suffisantes.

ÉPIDÉMIE - Si la situation épidémique est particulièrement dégradée en Moselle, les écoles resteront ouvertes jusqu'aux vacances scolaires et aucune restriction de déplacement n'est envisagée pour l'heure. Les autorités misent sur un renforcement du dépistage et l'accélération de la vaccination pour ralentir la circulation du virus.

Les écoliers mosellans continueront d'aller en classe comme prévu. Le préfet de la Moselle, Laurent Touvet, a annoncé ce samedi la fermeture généralisée des établissements n'est pas à l'ordre du jour. Les mesures de lutte contre la propagation du virus - couvre-feu à 18h, port du masque obligatoire, fermeture des grands centres commerciaux, etc. - sont "adaptées à la situation actuelle", soutient-il. Ces derniers jours, plusieurs élus locaux réclament pourtant des mesures plus strictes pour ralentir la circulation du virus, alors que le variant sud-africain est suspecté d’être à l’origine d'une flambée de contaminations dans ce département. "Si dans les prochaines semaines la situation évolue, [les mesures] pourraient évoluer" également, a-t-il toutefois souligné.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Au cours d'un déplacement au CHR de Metz-Thionville, le préfet a justifié sa décision, expliquant à nos confrères du Républicain Lorrain que seulement 100 classes sur 4000 étaient fermées dans le département à la date du 12 février. "À quelques jours des vacances scolaires [qui débuteront le 21 février, ndlr] et sans délai suffisant pour les parents, il a été décidé de ne pas anticiper la fermeture des établissements scolaires avant les vacances", précise le cabinet du préfet, dans un communiqué. Pour autant, dès la semaine prochaine, pour chaque cas positif, la classe sera fermée et l'élève positif sera isolé 10 jours au lieu de 7 jusqu'à présent.

Aucune mesure de limitation des déplacements, de fermetures de commerces supplémentaires ou de confinement n’est envisagée pour l'heure, a également fait savoir le préfet de Moselle. Le maire (LR) de Metz, François Grosdidier, le demande pourtant depuis plusieurs jours. "Un confinement du seul département de la Moselle serait complexe à appliquer et entraînerait plus d’inconvénients que d’avantages compte tenu des nombreux échanges quotidiens entre ce département et les départements limitrophes ainsi qu’avec le Luxembourg et l’Allemagne", justifie le cabinet du préfet de Moselle, au lendemain d'une visite à Metz du ministre de la Santé, Olivier Véran.

Plus de tests, plus de vaccins

Reste que la situation inquiète, notamment en raison de la présence du variant d'origine sud-africaine. D'après les autorités sanitaires, celui-ci concerne actuellement plus de 100 cas par jour en Moselle. Face à cette situation, le ministre de la Santé a annoncé vendredi le renforcement de la stratégie "tester alerter protéger" qui doit permettre "un repérage précoce des symptômes". Dorénavant, tout test positif sera considéré comme un cas suspect de variant, avec les nouvelles règles qui s'y appliquent : isolement de 10 jours et test PCR négatif pour en sortir. 

Actuellement, plus de 40.000 tests sont réalisés chaque semaine dans le département. Des campagnes supplémentaires de dépistage vont être menées quotidiennement, indique la préfecture. En parallèle, les eaux usées seront prélevées par les Marins pompiers de Marseille dans les lieux qui seraient contaminés, pour mieux circonscrire et mieux suivre l’évolution de l’épidémie. "Les analyses permettent (...) de réaliser une cartographie des zones concernées par une forte charge virale. Les secteurs les plus touchés seront alors massivement testés afin de limiter la propagation", explique le cabinet du préfet.

Lire aussi

En plus de la multiplication des tests, la campagne de vaccination va connaître elle aussi un coup d'accélérateur. Dès lundi, des plages supplémentaires de rendez-vous seront ouvertes et dans une semaine, deux centres municipaux ouvriront leurs portes, portant le nombre de centres de vaccination dans le département à 12, fait également savoir la préfecture. Par ailleurs, "2000 doses de vaccin Moderna pourront être mises à la disposition de la population, notamment les personnes âgées de 75 ans et plus dans les tout prochains jours", a annoncé vendredi Olivier Véran.

Sur le même sujet

Lire et commenter