Covid à l'école : les classes de primaire, un cas à part ?

Covid à l'école : les classes de primaire, un cas à part ?

PARTICULARITÉS - A quelques heures d'une allocation présidentielle, la piste d'une fermeture des écoles semble privilégiée. Tous niveaux confondus ? Cela fait partie des précisions attendues alors qu'un certain nombre de facteurs, régulièrement mis en avant, seraient de nature à préserver le primaire.

Fermer les écoles en avançant les vacances de printemps ? Pressé par de nombreux médecins, mais aussi l'opposition, de mettre en place des dispositifs plus efficaces, voire un confinement strict, Emmanuel Macron prendra la parole ce mercredi à 20H pour énoncer ses choix. Une fermeture des établissements scolaires, pour laquelle la maire de la capitale Anne Hidalgo a plaidé mercredi pour sa ville, est notamment envisagée.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Pour quelle durée et selon quelle modalités ? Tous les niveaux seront-ils concernés ? Cela fait partie des précisions attendues alors qu'un certain nombre de facteurs, régulièrement mis en avant, seraient de nature à préserver le primaire. A commencer par le nombre de contaminations, vraisemblablement moins important, dans les niveaux concernés.

Que disent les chiffres ?

Selon le dernier bulletin hebdomadaire de l'Éducation nationale, au 25 mars en France, 116 écoles sur 50.100 étaient fermées soit 0,23% contre 22 collèges sur 7200 (0,30%) et 10 lycées sur 4200 (0,23%). Mais en Île-de-France, où la situation est la plus critique dans les écoles, l'analyse du taux d'incidence chez les enfants montre que la tranche d'âge la plus touchée est celle des 10-19 ans à l'heure où le protocole sanitaire dans les établissements scolaires vient d'être renforcé, avec plus de 838 cas pour 100.000 habitants, selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement.

Lire aussi

Une tendance qui corrobore les résultats d'une récente étude Comcor menée par l'Institut Pasteur qui a mesuré le risque supplémentaire d'être infecté chez soi lorsqu'on vit avec un collégien ou lycéen scolarisé. Dans le détail, il en était ressorti qu'avoir au sein du foyer un enfant scolarisé représente un sur-risque d’infection pour les adultes, notamment ceux gardés par une assistante maternelle (+39%), et ceux qui vont au collège (+27%) et au lycée (+29%). 

S'agissant des enfants scolarisés en primaire en revanche, "on n’a pas observé d’augmentation de risque" pour les adultes vivant dans le même foyer, a eu l'occasion de commenter l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, pour le JDD. "Mais c’était avant l’arrivée du variant anglais", avait-il toutefois souligné, rappelant qu'on note depuis janvier une augmentation des infections intra-domiciliaires vers les adultes dues à des enfants de moins de 11 ans.

Qu'en pensent nos voisins ?

A l'étranger aussi, les classes de primaire apparaissent comme un cas particulier. Ainsi, en Finlande, où un nouveau projet de loi visant à instaurer un confinement a été présenté il y a quelques jours, les élèves de primaire sont toujours accueillis en classe contrairement à ceux du secondaire qui ont renoué avec l'enseignement à distance, en tout cas dans les régions les plus touchées.

Dans d'autres pays, où les écoles avaient fermé, c'est au moment de la reprise des cours, que la priorité au primaire s'impose. En Allemagne notamment, les établissements scolaires, quasi totalement ferméz à la mi-décembre, rouvrent peu à peu, avec priorité donnée au primaire justement et généralement des classes en demi-groupes un jour sur deux. Il en est de même au Danemark, où les écoles ont rouvert le 8 février, après six semaines de fermeture, mais où les adolescents poursuivent leurs cours en "distanciel". Mais aussi en Suède, où les cours en ligne sont très répandus pour les moins jeunes tandis que les écoles maternelles et élémentaires n'ont, elles, jamais fermé. En Espagne, les petites classes sont restées ouvertes depuis la rentrée de septembre, tandis que les lycéens alternent entre enseignement à distance et en présentiel selon les régions. 

Le primaire ou l'acquisition des fondamentaux

Si le primaire est régulièrement présenté à l'étranger comme prioritaire en cas de réouverture progressive des écoles, c'est aussi, indépendamment des chiffres des contaminations par catégorie d'âge à l'école, du fait des apprentissages essentiels qui y sont prodigués. Pour rappel en France, l'école primaire regroupe l'école maternelle (de la petite à la grande section) et élémentaire, laquelle accueille les élèves du CP au CM2 âgés de 6 à 11 ans. Or, "la formation dispensée dans les écoles élémentaires assure l'acquisition des fondamentaux : lire, écrire, compter, respecter autrui", rappelle le site du ministère de l'Éducation nationale.

Découvrez la version podcast de l'émission "Le Débat"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Arlette Chabot propose un rendez-vous quotidien où éditorialistes et membres de la société civile confrontent leurs idées et apportent des pistes sur les grands thèmes de l'actualité. Cette saison, retrouvez notamment Claude Miller, Françoise Degois, Jean-Luc Mano, Julien Dray, André Bercoff, Guillaume Roquette, Maurice Szafran, Soazig Quemener.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Lire et commenter