"Un succès inespéré" : l'abbaye de Citeaux écoule 1,6 tonne de fromage en quelques heures

L'abbaye de Citeaux écoule 1,6 tonne de fromage invendu en ligne en quelques heures.
Ma Région, Mon Action

INSOLITE - Depuis le début de la crise sanitaire, les moines ont rencontré des difficultés pour écouler leur fromage. Alors qu'ils s'étaient lancés le défi d'écouler les excédents d'ici à mardi, le succès de la vente en ligne a dépassé leurs attentes.

L'affaire peut prêter à sourire. Pourtant, les moines trappistes étaient confrontés à un véritable casse-tête. À l'abbaye de Citeaux (Côte d'Or), dix-neuf moines trappistes se sont retrouvés avec "4000 fromages de trop" dans leurs caves. Comptez au total 2,8 tonnes d'excédents. Alors que le fromage de type reblochon est prisé par les fins connaisseurs, la crise sanitaire a mis un coup d'arrêt à sa distribution. Les frères se sont alors lancé le défi d'écouler d'ici à mardi les excédents à travers une vente en ligne. Ce vendredi, ils avaient déjà écoulé tous leurs stocks. Le succès de l'opération a dépassé les attentes des moines. 

Toute l'info sur

Ma Région, Mon Action

Cette vente en ligne a été réalisée par la start-up "Divine Box". Fondée il y a quatre ans, cette entreprise parisienne est spécialisée dans la vente en ligne de produits monastiques. Depuis le début de l'épidémie, la boîte accompagne d'autres monastères qui connaissent des difficultés à liquider leurs fromages ou leurs liqueurs. "C'est un succès un peu inespéré, on ne s'y attendait pas du tout", assure Côme Besse cofondateur de "Divine Box". 

D'une jolie forme ronde et d'une couleur beige clair, le fromage produit depuis 1925 est réputé auprès des connaisseurs. Il a même obtenu en 2020 la médaille d'argent au Concours international de Lyon. "Normalement, on refuse des commandes. On est vendu à Hong Kong, Tokyo, Dubaï...", se félicite le moine. Et il a de quoi être fier. L'abbaye s'est hissée parmi les entreprises à succès avec un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros par an pour une production de 140.000 fromages.

On ne peut pas pousser les murs- Frère Jean-Claude, responsable de la commercialisation à l'abbaye fondée en 1098

Mais l'épidémie du Covid-19 a marqué un coup d'arrêt à cet success-story. Restrictions sanitaires oblige, "les clients viennent moins en boutique et les restaurants sont fermés", résume frère Jean-Claude, responsable de la commercialisation à l'abbaye fondée en 1098. "Pour les restaurateurs, c'est une catastrophe mais pour nous, c'est un petit problème", ajoute le frère Benoit au micro de TF1. Faute de visites à l’abbaye, les clients ne se pressent plus aux portes du monastère. Des ventes en circuits courts ont été mises en place, mais ce n'était pas suffisant pour écouler le fromage.  En un an, les moines en produisent 120.000. Conséquences : le symbole de la gastronomie française était condamné à patienter dans l'obscurité d'une pièce fermée. 

Lire aussi

Car si les commandes arrivent au compte-gouttes, les fromages continuent d'être fabriquées. "On a tenté d'expliquer à nos 75 vaches qu'il fallait faire moins de lait, mais elles n'ont pas l'air de comprendre", lance le moine dans un éclat de rire. "Et on ne peut pas pousser les murs". Grâce à cette vente en ligne, les moines n'auront pas besoin d'agrandir leur cave. Le père Benoit se réjouit modestement :" C'est à la fois une bonne nouvelle, car notre petit problème est résolu, mais c'est un peu embarrassant aussi, car ça a été un peu trop loin par rapport à ce qu'on vend d'habitude. On va manquer de produits assez rapidement."

Si la crise sanitaire a permis aux moines de se sensibiliser à la vente en ligne, l'autre défi sera désormais d'exporter les deux tonnes de fromage dans les temps.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... Les dates à connaître pour les prochaines semaines

EN DIRECT - Covid-19 : 30.954 patients hospitalisés dont 5.959 en soins critiques

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

Vacances : les destinations les plus prisées pour cet été

Lire et commenter