La Guadeloupe officiellement soumise à un confinement plus strict

Par rapport à la métropole, la situation est encore beaucoup plus grave aux Antilles. En Guadeloupe, le taux d'incidence frôle les 1 900. C'est du jamais vu en France. Le confinement strict va entrer en vigueur. Alors, comment s'y prépare-t-on sur l'île ?

SITUATION DRAMATIQUE - Afin de lutter contre une recrudescence de l'épidémie en Guadeloupe, le préfet de la région a annoncé ce mercredi plusieurs mesures sanitaires strictes. Elles prendront effet dès vendredi 13 août jusqu'au mercredi 1er septembre.

Nouveau tour de vis en Guadeloupe. Face à une reprise épidémique inédite, le préfet Alexandre Rochatte a annoncé ce mercredi plusieurs mesures : une extension du couvre-feu, des sorties limitées à 5 km autour du domicile, ou encore la fermeture des commerces dits "non essentiels", à partir de vendredi 13 août jusqu'au 1er septembre. Objectif : "casser la dynamique" de Covid-19 qui frappe l'île. 

"L'épidémie devient catastrophique et la situation nous oblige à prendre maintenant des mesures extrêmement dures", a-t-il expliqué lors d'un point presse avec la directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS), Valérie Denux. "Il faut très vite que l'on soit capable de casser l'augmentation de l'épidémie" qui atteint "des taux d'incidence jamais connus nulle part sur le territoire de la République française (...) avec presque 1.900 cas pour 100.000 habitants".

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Une attestation pour justifier de ses déplacements

Pour ce faire, le couvre-feu sera appliqué de 19h (contre 20h depuis l'instauration du confinement le 4 août dernier) jusqu'à 5h, pour les commerces jugés "indispensables". A savoir les commerces alimentaires, les pharmacies, les opticiens, les magasins de jardinage et bricolage, les magasins d'informatique et téléphonie, les ateliers automobiles et les magasins de distribution de carburant. Tous les autres commerces, en revanche, comme les restaurants, devront baisser le rideau.

Les lieux de loisirs et les lieux culturels seront également fermés. Les seuls établissements publics qui pourront rester ouverts sont ceux destinés aux mineurs, comme les centres aérés ou les crèches.  Les plages resteront, elles, autorisées mais uniquement pour les activités sportives. Le préfet Alexandre Rochatte a toutefois prévenu qu'il pourrait les fermer dès ce week-end si cette mesure n'était pas respectée. 

À l'image des précédents confinements, il faudra une attestation pour justifier ses déplacements pour, par exemple, aller faire ses courses, se rendre chez un médecin, dans un centre de vaccination ou encore dans les lieux de culte, qui resteront ouverts, avec une jauge réduite et le port du masque obligatoire, y compris pour les chorales. 

Concernant les touristes, il ne les a pas invités à quitter le territoire, comme cela a été le cas en Martinique quelques jours plus tôt, mais a indiqué "qu'il (lui) semble assez peu pertinent d'envisager un séjour touristique" en Guadeloupe en ce moment.

Un taux de vaccination encore trop faible

La directrice générale de l'ARS a rappelé par ailleurs que 17 personnes sont décédées cette semaine et que le variant Delta représente 90% des cas. "Les hôpitaux sont submergés", a-t-elle détaillé. "Nous réorganisons le système de santé en consacrant quasi totalement nos hôpitaux et nos cliniques pour le covid. Nous continuons évidemment à assurer les urgences vitales, mais cela se fait très clairement au détriment des autres patients qui ont besoin de soins plus classiques".

"Nous sommes passés de 27 lits de réanimation à 67 aujourd'hui" a-t-elle ensuite ajouté. "Pour aller plus loin, nous envisageons potentiellement d'aller jusqu'à 130 lits". 

Ainsi, afin de lutter contre cette situation qualifiée de "dramatique", le gouvernement entend accélérer la vaccination sur l'île antillaise qui enregistre encore un bas niveau de vaccination (près de 20% contre 65% à l'échelle nationale). Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu s'est rendu sur place dès mardi, accompagné d'un renfort de 274 soignants et de 60 pompiers. 

Lire aussi

Alors que Sébastien Lecornu s'apprête à aller en Martinique ce jeudi, où est également attendu le ministre de la Santé Olivier Véran, le président Emmanuel Macron a alerté la veille, lors d'un Conseil de défense sanitaire en visioconférence depuis le Fort de Brégançon (Var), sur la "situation dramatique" de l'épidémie aux Antilles, où "l'augmentation des contaminations se traduit par une explosion des formes graves" de Covid-19 et une saturation des hôpitaux.

"Un scénario d'urgence est aujourd'hui devant nous", cette situation "implique la solidarité inconditionnelle de la nation" et offre "la démonstration cruelle" que "la vaccination est le moyen le plus efficace" face au virus, a souligné le chef de l'État. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

VIDÉO - Reprise du Covid-19 au Royaume-Uni : le relâchement des gestes barrière fait des ravages

Refoulés à cause d'un faux pass sanitaire, ils tirent sur une discothèque et blessent un client

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.