Crise du porc : des agriculteurs emmurent les permanences de trois partis politiques

SOCIÉTÉ
MAÇONNERIE - Dans la nuit de jeudi à vendredi 21 août, un groupe des Jeunes agriculteurs (JA) a bloqué l'accès aux permanences toulousaines des Républicains, du PS et d'Europe Ecologie – Les Verts pour rappeler les partis politiques à leur responsabilité.

Ils ont fait le mur. Pour leur "nuit des élus", jeudi 20 août au soir, des groupes d'agriculteurs se sont donnés rendez-vous dans le centre ville de Toulouse afin de bloquer et d'emmurer l'accès aux permanences de trois partis politiques, qu'ils jugent responsables de leur situation. Leurs cibles: les permanences locales des Républicains (ex-UMP), du PS et d'Europe Ecologie – Les Verts.

"Pas de différence entre les trois"

"Nous faisons cela pour montrer au PS, à l'UMP (Les Républicains) et aux Verts (EELV) que nous ne faisons pas de différence entre les trois, a déclaré la présidente des JA 31 Marie-Blandine Doazan, dont l'AFP rapporte les propos. Quand vous sortirez, ce sera pour nous aider", a-t-elle lancé à leur adresse, en se référant précisément au prochain débat prévu le 3 septembre à l'Assemblée nationale sur l'agriculture et au Conseil européen spécial agriculture du 7 septembre, alors qu'une réunion décisive sur les prix du porc se tenait en début de semaine au ministère de l'Agriculture. 

"L'idée était de cibler les trois partis leur rappeler qu'ils ont un rôle à jouer car ils ont été ou sont au pouvoir, notamment au niveau de l'Europe", a ajouté l'agricultrice. D'autres groupes d'agriculteurs de la Coordination rurale 31 et de la FDSEA 31 étaient aussi engagés dans ce mouvement. Un dernier groupe se trouvait à la sous-préfecture de Haute-Garonne, à Muret, mais il n'était pas joignable, informe l'AFP. Les points de crispation qui motivent leur mobilisation : les prix excessivement bas de leur production et ses conséquences pour les exploitants. 

A LIRE AUSSI
>>  Crise du porc : réunion décisive ce lundi au ministère de l'Agriculture
>>  Crise des éleveurs : d'où viennent les 600 millions d'euros débloqués par le gouvernement ?
>>  Les éleveurs obtiennent une augmentation du prix du lait

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter