Cyberattaque : "N'importe qui, peut se laisser prendre" par un rançongiciel

DirectLCI
INTERVIEW - Une vague massive de cyberattaques rappelant le mode opératoire du virus WannaCry en mai s'est répandue mardi, impactant des multinationales et des sociétés ou services européennes et américaines. Damien Neyret, fondateur de l'entreprise de cybersécurité MailinBlack, livre son éclairage.

Un mois après l'attaque du virus "Wannacry", une nouvelle attaque mondiale, massive, "Petrwrap", était en cours ce mardi.  Des informations rapportées par plusieurs entreprises ciblées par ces piratages simultanés faisaient état d'un virus réclamant une demande de rançon de 300 dollars en monnaie virtuelle sur l'écran de leurs ordinateurs. 


Face à cette menace d'un nouveau genre qui ne prévient pas, frappe n'importe et se propage à vitesse grand V,  LCI a demandé à Damien Neyret, PDG et fondateur du site de cyberdéfense MailinBlack, qui protège environ 6.000 entreprises en France et environ un million de personnes, de nous parler de ces "rançongiciels". 

Des pics en juillet et septembre 2016 ainsi qu'en mai 2017Damien Neyret

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter