D-Day : comment le maire de Ouistreham se prépare à recevoir Obama et la Reine

D-Day : comment le maire de Ouistreham se prépare à recevoir Obama et la Reine

INTERVIEW - L'édile d'à peine 29 ans, Romain Bail, tout juste élu à la mairie de Ouistreham, gère depuis deux mois l'organisation du 70e anniversaire du Débarquement. Interrogé par metronews, il livre à la veille du jour J son sentiment... et ses espoirs de selfies.

A la veille de cette commémoration internationale en présence de 19 chefs d'Etat, comment vous sentez-vous ?
Je ressens un peu d'appréhension et de nervosité mais aussi beaucoup de joie. Accueillir ces chefs d'Etat n'est pas donné à tout le monde, c'est vrai que c'est une lourde responsabilité. En même temps, c'est aussi recevoir 150.000 visiteurs dans la ville. C'est colossal à mettre en œuvre. Mais commencer une carrière politique, à mon âge, avec un tel événement, c'est un grand honneur.

Comment se traduisent ces responsabilités en tant que maire de Ouistreham ?
Elles sont multiples. D'abord en termes de sécurité, pour protéger tous les invités, mais aussi de stationnement. Il a également fallu faciliter l'installation du Zénith sur la plage, et préparer la ville pour la présenter sous son meilleur jour.

Depuis combien de temps la commune se prépare-t-elle pour cet anniversaire ?
Cela fait un an que nous avons eu l'annonce, mais cela fait deux mois que nos services s'activent. Dès le lendemain des élections municipales et alors que je n'étais même pas installé à la mairie, j'ai reçu un message du préfet pour discuter de l'organisation et préparer le calendrier. Je ne fais que cela depuis deux mois, même si je n'ai pas oublié les Ouistrehamais. Mais aujourd'hui, je peux dire que nous sommes parfaitement prêts à accueillir tous les invités.

Concernant le financement de l'événement, la répartition a-t-elle été simple avec l'Etat ?
Ce genre de manifestation nécessite forcément un gros investissement de la part de l'Etat. Même si le gouvernement vous invite toujours à donner plus. Mais globalement, cela s'est bien passé entre les services de l'Etat et les différentes collectivités locales.

"Je me suis permis d'inviter Nicolas Sarkozy"

Y a-t-il un peu de stress avant de déjeuner avec 19 chefs d'Etat ?
Il y a bien sûr un peu d'appréhension mais j'essaie de prendre les choses simplement et de ne pas me donner plus d'importance que j'en ai. Lors de ce repas, je vais simplement me présenter comme le maire de Ouistreham et ne pas tenter de résoudre les problèmes diplomatiques du monde, comme celui de l'Ukraine et de la Russie. Après je me connais, je peux casser le protocole. Comme je suis pour une Europe forte, j'aimerais bien demander à Barack Obama ce qu'il pense de l'Union et de son évolution, particulièrement après les résultats du scrutin européen.

Vous avez déclaré vouloir faire un ie avec le président américain. Projet ou plaisanterie ?
Je vais vraiment essayer de le faire et je ne vois pas pourquoi je n'y arriverais pas. Evidemment, ce sera hors commémoration, par décence et correction. Avec la Reine d'Angleterre, j'avoue que ce sera plus compliqué !

Aurez-vous d'autres rendez-vous importants pendant cette commémoration ?
Oui, je me suis permis d'inviter Nicolas Sarkozy à dîner et il a d'ailleurs confirmé sa venue. Il y aura quelques membres de ma majorité locale et peut-être Bruno Le Maire. Je vais en profiter pour parler de la question mémorielle, de la nécessité d'une France forte dans le monde et des problématiques de l'UMP en ce moment.

Quelques habitants de Ouistreham se plaignent de ne pas être invités pour les commémorations...
Je vais être très clair, je me suis battu pour qu'un certain nombre de Ouistrehamais soient dans les tribunes. Au total, ils seront 800, soit 10% de l'ensemble des invités. Je trouve que c'est énorme pour une cérémonie internationale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.