Dans le Var, un projet immobilier bloqué par… cinq tortues

Dans le Var, un projet immobilier bloqué par… cinq tortues

DirectLCI
INSOLITE - A Carcès, dans le Var, cinq tortues d’Hermann ont été trouvées sur le terrain de construction d’un collège. Cette espèce protégée pourrait bloquer le chantier.

Quand les animaux font reculer les grues et les pelleteuses. Dans le Var, sur la commune de Carcès, le projet de construction d’un collège pourrait être bloqué par un obstacle insolite : la découverte de cinq tortues d’Hermann, une espèce protégée, sur le terrain de 3,5 hectares.

D’après Var Matin, qui rapporte la nouvelle , cette présence freine "pour l'instant, la délivrance du permis de construire et le début des travaux". Pour débloquer ces derniers, il faut que le Conseil départemental, qui est maître d’œuvre, trouve un espace de protection de 35 hectares. Mais le problème pourrait être vite résolu : toujours d’après le quotidien, le maire de Carcès, Patrick Genre, a annoncé que la commune voisine de Cabasse serait prête à mettre 35 ha de sa forêt communale à la disposition des cinq tortues.

Les espèces protégées contre les chantiers

La présence d’animaux freinant des travaux n’est pas une première. En avril dernier, Le Figaro Immobilier racontait qu’un gros chantier à Ivry-sur-Seine avait été stoppé en raison de la présence d’une colonie de hérissons. Une association locale avait alerté sur le sujet, et avait, après discussions, réussi à déménager la tribu dans des "jardins d’attente", ou des sites d’accueil définitifs comme le château de Vaux-le-Vicomte, qui en héberge déjà plusieurs. Le chantier n’avait été retardé que d’un mois.

Le même obstacle s’était posé sur le chantier de l’A28 entre Le Mans et Tours : une espèce de scarabée, le Pique Prune, avait interrompu les travaux pendant cinq ans. Puis une autre petite bête avait semé la zizanie dans la même zone : l’hirondelle de fenêtre, autrement appelée Delichon urbicum, menacée de disparition, était présente sur le chantier de la LGV, ligne à grande vitesse entre Connerré, près du Mans, et Rennes. Une ligne censée faire gagner en 2016 plus de 35 minutes sur la liaison Paris-Bretagne. Son ouverture est désormais prévue en 2017.

La présence d'espèces protégées est aussi un des arguments brandi par les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes : le terrain prévu pour accueillir la future structure accueille plusieurs espèces protégées, comme le triton marbré, le triton palmé ou encore le triton alpestre.

A LIRE AUSSI >> Non, les animaux ne sont pas des "meubles"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter