De nouvelles chutes de neige, puis un redoux annoncé : doit-on craindre de nouvelles inondations ?

DirectLCI
METEO - De nouvelles chutes de neige ont lieu ce vendredi, avant un redoux, ce week-end. Cela va-t-il encore faire monter le niveau des rivières et fleuve déjà en crues ?

Rebelote. La neige tombe à nouveau. C'était prévu : les prévisions météo annonçaient un nouvel épisode neigeux, en cette fin de semaine. Jusqu'à 10 centimètres par endroit. Avant un redoux qui va faire fondre tout ce qui est tombé. Tout ça va-t-il avoir des impacts sur les inondations ? On fait le point avec Guillaume Woznica, prévisionniste météo sur LCI.

Et que revoilà la neige...

L’épisode neigeux de ce vendredi est "moins notable que celui survenu mardi, soir, car il va être moins durable", prévient Guillaume Woznica. Le précédent épisode neigeux a en effet duré une trentaine d’heures, tandis que celui qui sévit ce vendredi doit durer 6 à 7 h lors de son passage sur chaque région. "Comme il est moins durable, les cumuls seront aussi moins importants", précise Guillaume Woznica. "On prévoit 3 à 6 centimètre de neige en moyenne, peut-être 10 localement. On est donc loin des 10 à 15 centimètres -, voire 20 à 25 - connus en début de semaine."


Par contre, la petite différence est que la neige du début de semaine est tombée sur des sols qui n’étaient pas froids. La couche neigeuse a donc mis une douzaine d’heures avant d’accrocher. "A l’inverse vendredi, les sols sont gelés. Donc cela pourrait plus rapidement dégrader les conditions de circulation", prévient le monsieur météo.


Une vigilance orange neige-verglas a été décrétée par Météo France jeudi vers 16 h, pour 27 départements. Elle a été revue à la baisse ce vendredi à midi, couvrant désormais 23 départements. L’épisode neigeux a débuté en fin de nuit, ce vendredi matin, sur la Normandie, et est arrivé en début de matinée sur l’Ile-de-France, la région Centre, le Limousin et les Hauts-de-Seine, des zones déjà  touchées par les flocons en début de semaine.

Puis le redoux...

Reste qu’après la neige, viendra le redoux. Les températures vont remonter et une nouvelle perturbation pluvieuse est attendue dimanche en Ile-de-France. "Les perturbations neigeuses sont souvent suivies d’une phase de redoux, au niveau des températures", indique Guillaume Woznica. "Cela devrait intervenir assez rapidement. Dès vendredi soir, l’Ile-de-France va voir la pluie prendre le relais. La circulation de vendredi soir sera donc peu impactée. Le véritable moment compliqué sera le vendredi matin... "

Puis la fonte des neiges...

Toute cette neige qui va petit à petit fondre, va générer autant de ruissellement. Alors que la décrue était annoncée à partir de lundi dernier, cette fonte des neiges peut-elle avoir un impact, sur la décrue voie entraîner de nouvelles inondations ? "Lorsque la neige fond, on récupère l’équivalent en terme d’eau de pluie",  précise Guillaume Woznica. "En moyenne, il  est tombé 15 à 20 centimètres de neige pendant deux jours, soit 15 à 20 litres d’eau par mètre carré. A ça va s’ajouter la  nouvelle chute de neige de vendredi, qui va elle-même fondre assez vite, soit environ 5 à 10 litres par m2 et la nouvelle perturbation de dimanche. Au total, on va être sur 30 à 40 mm de précipitations, ce qui correspond à l’équivalent de 10 à 15 jours de pluie." 

Et les conséquences

Ce gros volume d’eau va surtout toucher les bassins de la Marne et de la Seine, les deux bassins déjà les plus touchés par les inondations. La Marne est d’ailleurs en ce moment à plus de 5 mètres de haut par rapport à son niveau normal. Une décrue tellement lente qu’elle est encore considérée comme en phase de crue. 


Quant à la Seine, la décrue est là bien amorcée. Le niveau du fleuve est aujourd’hui résorbé à hauteur de 4, 50 mètres au point d’Austerlitz. "On est maintenant loin du pic du 29 janvier où la Seine était montée à 5, 85 m. "Les nouvelles pluies vont avoir tendance à ralentir voire stopper cette décrue", anticipe Guillaume Woznica. "C’est ce qu’on appelle une phase de plateau, qui va durer quelques jours, sorte de stagnation. Les nouvelles arrivées d’eau ne vont pas forcément augmenter le niveau d’eau, mais la stopper quelques temps." 


Reste que la décrue est, de manière générale, très lente. "En 10 jours sur la Seine, on a perdu 1, 35 m de niveau d’eau. C’est quand même peu quand on sait que le nouveau normal est de 2, 50 mètres."  Un autre élément pourrait rallonger encore la décrue : le niveau des lacs réservoirs, ces grands lacs situés sur l’Yonne, la Marne, l’Aube et la Seine, qui servent à stocker les eaux pour limiter les inondations. Et d’après les dernières données, le taux de remplissage de ces lacs est de 98%. "Ils sont quasi pleins. Ce qui veut dire qu’il va être procédé dans les prochaines semaines à des délestages, pour commencer à les vider, ce qui va contribuer à ralentir encore la décrue", poursuit Guillaume Woznica. "Nous allons continuer à parler des inondations et à les suivre pendant tout le mois de février, en espérant qu’il n’y ait pas trop de nouvelles pluies. Mais pour l’instant, les prévisions sont plutôt optimistes sur ce point."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Météo des neiges

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter