Cyber harcelée pour un tweet sur des sacs de randonnée

SOCIÉTÉ

CYBER HARCELEMENT - Une jeune internaute a subi une vague de cyber harcèlement, à partir du dimanche 30 juillet au soir, suite à un tweet dans lequel elle interpellait la marque Décathlon sur le marketing genré de leurs sacs de randonnée.

"Pauvre conne", "va bien te faire enculer"... voici, entre autres joyeusetés, ce que Léa, une jeune internaute, reçoit depuis ce dimanche soir sur les réseaux sociaux. A l'origine de cette vague d'insultes ? Un simple tweet dans lequel elle interpelle la marque Décathlon sur leur marketing qu'elle juge genré.

A côté d'une photo prise en rayon de deux sacs de randonnée équipés respectivement d'une étiquette rose et bleue, elle se demande pourquoi ces articles "ont un sexe". La marque, rapidement, réagit aux accusations de sexisme. Dès le dimanche soir, le community manager, qui gère l'identité numérique de Décathlon France, explique à la jeune femme que "les sacs sont simplement adaptés aux morphologies féminines et masculines, rien de plus". 

Lire aussi

Dans le radar des harceleurs

L'histoire aurait pu s'arrêter à cet échange cordial entre une marque et sa consommatrice. Au lieu de cela, l'épisode de violence extrême subi par Léa relève du cas d'école en matière de mécanismes de cyber harcèlement sur les réseaux sociaux. Retweeté par un compte important, la remarque de Léa attire d'abord l'attention. La réponse de la marque, ensuite, achève de rendre l'échange ouvert à tous. Le voilà désormais dans le radar de nombreux harceleurs anonymes. Léa reçoit alors plusieurs dizaines de messages d'insultes, de menaces et d'humiliations. Pour un tweet sur un sac à dos. 

Sujets de discussion ouverts sur jeuxvideos.com

Comme souvent dans les cas de cyber harcèlement, certains harceleurs, reconnaissables à leurs photos de profil et aux mèmes qu'ils utilisent, semblent être des habitués de la section 18-25 ans du forum Jeuxvideo.com. Ce mercredi, plusieurs sujets de discussion sur Léa étaient encore ouverts sur ce forum.

Lire aussi

L'histoire tristement banale d'un cyber harcèlement qui restera vraisemblablement impuni. Sauf que - fait assez rare pour être souligné - le community manager de la marque impliquée a cette fois décidé de réagir. Derrière le logo Twitter Décathlon, il y a donc Yann Amiry. Ce mardi, voyant que la déferlante de haine à l'encontre de Léa ne faiblissait pas, Yann a entrepris de dénoncer le phénomène, en publiant certaines insultes et en s'interrogeant sur la nécessité d'une telle violence.

Ils sont arrivés en meute- Yann Amiry

Contacté par LCI, le community maanger explique : "Ma réponse au tweet de Léa était simple et factuelle, je pensais que ça allait en rester là, que ça se tasserait. Mais en fait, ils sont arrivés en meute. Rien ne justifie un tel déferlement d'insultes. Il m'était intolérable de laisser passer cela. Certaines personnes cachées sous pseudo se permettent des choses qu'ils ne diraient jamais dans la vie de tous les jours. L'une de nos clientes a été harcelée et humiliée, il me semblait important de prendre la parole pour le dénoncer."

Pour le moment, la principale concernée n'a pas donné suite à notre demande d'interview. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter