Décès de bébés contaminés en Île-de-France : qu’est-ce qu’un lactarium ?

Société
DirectLCI
ZOOM – La suspension de la délivrance de lait maternel dans le lactarium d’Île-de-France, à la suite d’une suspicion de contamination de trois bébés dont deux sont morts, vient tristement mettre sur le devant de la scène ces établissements aussi précieux que méconnus du public. LCI vous en dit plus.

Ils jouent un rôle essentiel  mais restent méconnus du public, au point de devoir régulièrement lancer des appels aux dons. Les lactariums ont brutalement occupé le devant de la scène médiatique ce week-end avec la révélation par l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP)  de la suspicion de contamination par une bactérie de trois nourrissons, dont deux sont décédés, cet été dans des hôpitaux d’Île-de-France. Un drame qui a conduit à suspendre "par précaution" la délivrance de lait maternel par le lactarium régional abrité au sein de l’hôpital Necker à Paris.

En vidéo

Le lactarium de l’hôpital Necker fermé après deux décès suspects

Qu’est-ce qu’un lactarium?

Le lactarium d’Île-de-France, premier créé dans le pays en 1947, répond à cette question sur son site en qualifiant ces établissements de "banques de lait maternel", tout en soulignant qu’ils jouent aussi un rôle de conseil sur l’allaitement. Concrètement, les lactariums sont chargés d’approvisionner les services de néonatologie des hôpitaux en lait maternel (celui de Necker en distribue environ 700 litres par mois), qu’ils recueillent auprès des femmes venant d’accoucher. Il en existe deux types : les "lactariums à usages intérieur", qui prennent en charge exclusivement les dons de lait personnalisés recueillis par une mère pour son propre enfant. Et les "lactariums à usage intérieur et extérieur", qui collectent également les dons anonymes de mamans souhaitant qu’un autre nourrisson que le leur puisse en profiter. 

Ce lait est en effet distribué aux bébés, pour lesquels il est essentiel. C’est en particulier le cas des prématurés (environ 60.000 naissances par an en France, dont 8.500 grands prématurés nés entre le 5e et le 7e mois de grossesse) que les mamans ne sont souvent pas en mesure d’allaiter, alors que le lait maternel leur fournit un apport nutritionnel et biologique précieux.

Comment fonctionnent les dons de lait ?

Ils sont anonymes et bénévoles. La maman qui souhaite en faire, et qui remplit les conditions médicales, tire elle-même son lait, sur les conseils et grâce au matériel fournis par le lactarium, avant de le conserver dans son propre congélateur. Les équipes du lactarium se rendent ensuite régulièrement à son domicile pour collecter puis stocker le lait, qui sera mélangé et pasteurisé. 

Cette collecte et ce traitement répondent à des procédures strictes. Des contrôles bactériologiques sont  par exemple effectués avant et après pasteurisation et "si on a le moindre doute, on jette le lait", a notamment expliqué, après les drames survenus en Île-de-France, le professeur Charles Picaud, président des lactariums de France. Précisant qu'environ 15% du lait recueilli dans l’Hexagone n'est pas utilisé à cause de contaminations bactériennes.

Combien y a-t-il de ces établissements en France ?

Il en existe sur tout le territoire, 38 au total (voir ici la carte des lactariums de France) : on comptabilise 18 lactariums à usage intérieur et extérieur et 20 lactariums à usage intérieur. Pour pallier la suspension de l’activité au lactarium de Necker, d’autres établissements ont ainsi été sollicités, principalement celui de Marmande (Lot-et-Garonne), le plus grand lactarium du pays. Il est le seul à pouvoir produire du lait maternel lyophilisé, qui se conserve plus longtemps.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter