Déconfinement : les restrictions sanitaires à l'épreuve du beau temps, de la fête et du foot

Le couvre-feu à 23h est prévu jusqu'au 30 juin prochain. Toutefois, avec la saison des événements culturels, sa mise en application demande de très gros moyens.

GESTES BARRIÈRES - Depuis plusieurs jours, les scènes ayant mis à mal l'efficience des restrictions sanitaires se multiplient. De quoi pousser certains à s'interroger sur la nécessité de maintenir le calendrier du déconfinement.

Des supporters sans distanciation à la fin du derby Bayonne-Biarritz en rugby, un couvre-feu enfreint lors de soirées géantes sur l'esplanade des Invalides à Paris, mais aussi dans des bars ou des restaurants... Et certaines villes qui prennent même la décision de ne plus rendre obligatoire le port du masque. 

Alors que le déconfinement est amorcé depuis le 3 mai dernier, de nombreux Français commencent à prendre des libertés vis-à-vis des restrictions sanitaires. Un semblant de relâchement facilité par des journées ensoleillées et qui se rallongent. Sans compter le début de l'Euro de football, et notmament l'entrée en lice de l'équipe de France - et de ses fans, connaisseurs ou non -  face à l'Allemagne ce mardi. 

Toute l'info sur

Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Déconfinement, vaccination... suivez les dernières actualités sur le Covid

Des indicateurs sanitaires dans le vert

Ces tentatives de retour à la normale, plus rapidement que ce qui est pour l'instant prévu par le gouvernement (la prochaine étape de levée de restriction est prévue pour le 30 juin prochain), sont incitées par des indicateurs sanitaires plutôt positifs. La preuve avec le nombre de malades du Covid-19 en réanimation, passé de 6000 fin avril à 2106 ce dimanche 13 juin. En parallèle, la campagne de vaccination se maintient à un rythme élevé. Le cap symbolique des 30 millions de personnes ayant reçu leur première dose a d'ailleurs été franchi samedi

En vidéo

Couvre-feu à 23h : la rébellion couve

Bien que consciente de "l'envie de faire la fête", la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a rappelé ce dimanche sur Europe 1 que "le virus est toujours là", appelant à "le virus est toujours là".

Beaucoup de Français considèrent que c'est fini- Pr Yves Buisson sur LCI

Le professeur Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid-19 de l'Académie de médecine, déplorait également samedi sur LCI que "beaucoup de Français considèrent que c'est fini". Il rappelait alors qu'il ne fallait pas "donner cette image de libération trop rapide, d'abandon trop rapide des mesures de prévention compte tenu du fait que l'épidémie est effectivement en train de se réduire considérablement et que les vacances arrivent".

Lire aussi

Après un allègement des mesures, les Français pourraient-ils faire face à de nouvelles restrictions pour que les gestes barrières soient respectés ? C'est en tout cas ce qu'il s'est passé dans les Pyrénées-Atlantique où, en amont du match de rugby opposant Biarritz à Bayonne, le préfet avait pris un arrêté interdisant la consommation d'alcool sur la voie publique et la retransmission du match dans les bars des deux villes. Et ce "pour éviter tout attroupement spontané sur la voie publique pouvant créer des troubles à l’ordre public".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas et 26 décès enregistrés en 24h

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.